Zhong wan 中脘

Le [point] Zhong wan (12VC), qui s’appelle aussi Tai cang, est le [point] mu de l’estomac. Il se situe à un pouce au-dessous du [point] Shang wan (13VC) et à mi-distance entre l’appendice xiphoïde et l’ombilic*. On le puncture à 1,2 pouce de profondeur et on y fait sept cônes de moxa.

Jiayi jing III-19 : « Les quinze points de l’abdomen qui descendent le renmai du [point] Jiu wei (15VC) jusqu’au [point] Hui yin (1VC) »

* Le Jiujuan dit : de l’appendice xyphoïde (heyu) jusqu’au nombril, il y a huit pouces ; le [point] Tai cang se situe au milieu, c’est à dire à quatre pouces au-dessus de l’ombilic.

Le “Classique des points mu” (mushu) de Lü Guang dit : il n’est pas exact que le [point] Tai cang (12VC) se situe à trois pouces au-dessus du nombril].

Le [NeiJing dit qu’il y a huit réunions. De quoi s’agit-il ? Les entrailles se réunissent à Tai cang (12VC) […] Lorsqu’une maladie de chaleur siège à l’intérieur, il faut traiter ces points de réunion du qi.

Nan jing 45ème difficulté

Le taiyin s’enracine à Yin bai (1Rt) et se noue à Tai cang *. »

Lingshu, chapitre 5 : « Racine et nœuds » / Jiayi jing II-5 : « Le nœud et la racine des méridiens »

* Autre nom du point Zhong wan. Le Jiayi jing dit : « Zhong wan se nomme aussi Tai cang, c’est un point mu ».

Le méridien de la rate, taiyin de pied, commence à l’extrémité du gros orteil […] Il monte au diaphragme, longe les deux côtés du pharynx, se joint (連 lian) à la racine de la langue et se disperse sous la langue. Une branche part également de l’estomac et monte selon un [trajet] au diaphragme pour se verser dans [ou au milieu] du cœur*.

Lingshu, chapitre 10 : « les méridiens (經脈 jingmai) / Jiayi jing II-1 (1) : « Les douze méridiens, les luo et les branches distinctes »

* Le Shisi jing fawei dit : « Cette branche se sépare au [point] Fu ai (16Rte), monte au diaphragme [en passant] à l’extérieur du [point] Zhong wan dans la région de l’estomac et se verse en profondeur au milieu de la poitrine (膻中 tanzhong) dans la zone du cœur afin de se lier au shaoyin de main ».

Le [point] Zhong wan, qui s’appelle aussi Tai cang, est le [point] 募 mu de l’estomac […] C’est [un point de] rencontre des taiyang et shaoyang de main, du yangming de pied et du renmai. »

Jiayi jing III-19 : « Les quinze points de l’abdomen qui descendent le renmai du [point] Jiu wei (15VC) jusqu’au [point] Hui yin (1VC) »

[L’amas] grand et dur sous le cœur relève des [points] Huang shu (16R), Qi men (14F) et Zhong wan (12RM).

Jiayi jing VIII-2 : « Les atteintes (收 shou) des méridiens et des luo par la maladie qui, en pénétrant dans les intestins, l’estomac et les cinq organes, provoquent [les amas] 伏梁 fuliang, 息賁 xiben, 肥氣 feiqi, 痞氣 piqi et 奔豚 bentun* »

* Il s’agit des cinq amas : l’amas du coeur fuliang, l’amas du foie feiqi, l’amas de la rate piqi, l’amas du poumon xiben et l’amas du rein bentun.

Le gonflement de l’estomac relève du [point] Zhong wan (12RM) et on traite également le [point] Zhang men (13F). »

Jiayi jing VIII-3 : « Le gonflement des cinq organes et des six entrailles »

Les douleurs précordiales avec corps froid, difficulté pour se baisser en avant et en arrière, hernie du cœur avec le souffle qui heurte en haut (衝冒 chongmao) et coma profond relèvent du [point] Zhong wan (12RM).

Jiayi Jing IX-2 : « Les douleurs précordiales subites, les 痺 bi de la poitrine, la hernie du cœur et les trois vers provoqués par le souffle froid qui se loge dans les cinq organes et les six entrailles »

L’amassement du souffle [dû aux] blessures par la tristesse (憂 you), par la colère refoulée (悁 yuan) et par les soucis (思 si) relève du [point] Zhong wan (12RM).

Jiayi jing IX-4 : « Sensation de plénitude et douleurs à la poitrine et aux côtés du thorax causées par la maladie qui atteint le foie et par la stagnation du souffle défensif »

Dans les douleurs soudaines au ventre avec plénitude qui ne diminuent pas quand on appuie dessus, on traite les 絡 luo congestionnés1 des méridiens taiyang et elles cesseront2.

On puncture également à cinq reprises les [points] 俞 shu du shaoyin [une autre version écrit les [points] shu du shaoyang] qui son éloignés [l’un de l’autre] de trois distances des deux côtés de la colonne vertébrale ; on utilise l’aiguille ronde et pointue (圓利針 yuanlizhen)3 et la douleur disparaîtra dans un délai égal au temps d’un repas.

Jiayi jing IX-7 : « Ballonnements, plénitude abdominale, borborygmes et souffle court provoqués par les maladies qui atteignent la rate, l’estomac et le gros intestin » / SW 28 : « Discussion générale sur le vide et le plein »

1. Il s’agit d’une accumulation avec obstruction des vaisseaux luo qui entraîne une stagnation de sang et des ecchymoses.

2. Le texte correspondant du Suwen dit : ” On traite les luo du méridien taiyang de main, le [point] mu de l’estomac”.

Les commentaires de ce texte divergent. Le Leijing dit : “Le luo du méridien taiyang désigne le [méridien] luo du méridien taiyang de main, c’est à dire le [point] Zhong wan (12RM) du renmai qui est le [point] mu de l’estomac. Le [point] Zhong wan c’est l’endroit d’où partent les méridiens taiyang et shaoyang de main, ainsi que le yangming de pied. C’est pourquoi on dit le luo du méridien taiyang“.

Par contre, le Suwen jizhu interprète le mot luo comme le point luo du taiyang de main, c’est à dire le [point] Zhi zheng (7IG).

Quant au Taisu, il fait référence au taiyang de pied.

Aussi, la présente édition chinoise traduit ainsi : “Il faut puncturer les luo noués des taiyang de main et de pied et les faire saigner.”

3. Le Leijing explique que le [point] shu du shaoyin est le point Shen shu (23V) du méridien taiyang de pied et qu’on le puncture [ici] parce qu’il est la barrière de l’estomac. Il se situe à 1,5 pouce des deux côtés de la colonne vertébrale, c’est pourquoi le texte dit “trois pouces”. L’aiguille ronde et pointue est la 6ème aiguille (Lingshu 1).

Le gonflement et l’obstruction abdominale (不通 butong), le froid au centre avec une atteinte due aux excès alimentaires et les aliments non digérés relèvent du [point] Zhong wan (12RM).

Jiayi jing IX-7 : « Ballonnements, plénitude abdominale, borborygmes et souffle court provoqués par les maladies qui atteignent la rate, l’estomac et le gros intestin »

La chaleur dans l’intestin grêle avec les urines jaunes rougeâtres relève du [point] Zhong wan (12RM).

Jiayi jing IX-11 : « Hernie 隤 tui*, incontinence ou rétention urinaire provoquées par l’atteinte du méridien (脈 maijueyin de pied ou par la joie et la colère fréquentes »

* Chez l’homme, hernies scrotales qui se manifestent par un gonflement dur et douloureux du testicule ; chez la femme, gonflement du bas-ventre qui survient dans le cadre de certaines maladies gynécologiques.

La rétention excessive des liquides dans le corps (溢飲 yiyin) avec durcissement et douleur des hypochondres relève du [point] Zhong wan (12RM).

Jiayi jing X-6 : « Rétention des liquides dans le corps (飲 yin) causée par la non-dissipation des boissons »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.