Une réflexion sur l’acupuncture de maitre Tung

Les écrits de Maître Tung sont peu nombreux :

  • « Acupuncture Tung, ses canaux réguliers et points unique » (Notes de 1968)
  • « Acupuncture Tung, ses canaux réguliers et points unique » (Projet de 1972)
  • « Acupuncture Tung, ses canaux réguliers et points uniques » (Manuel de 1973)
  • « Tung’s Acupuncture » édition anglaise (1973)
  • « Traitement du Zhong Feng du président Lon Nol de la République Khmère » (1971, 1972) , ces deux dossiers médicaux ont été publiés par Maître Tung.

Dans les ouvrages originaux de maitre Tung, il n’y aucune discussion concernant la théorie médicale chinoise.

Maitre Tung ne mentionnait que rarement des éléments de théorie auprès de ses étudiants.

Il décrit chaque point comme étant relié à un shén jīng mais n’a laissé aucune indication pour expliquer ce qu’il entendait réellement par ce terme.

Les traductions anglaises utilisent généralement le terme de « nerf » ou « zone de réaction ».

Ces termes ont été choisi parce qu’il n’existait pas a priori et à l’époque, d’équivalent occidental à la notion de shén jīng de Maître Tung.

Le Dr Chuan-Min Wang affirme que les shén jīng désignent les méridiens d’acupuncture.

Le Dr Wei-Chieh Young, pour sa part, prétend que « les discussions anatomiques dans l’ouvrage originel de maitre Tung font référence à la fonction des points ».

De nombreux points du système Tung chevauchent des points d’acupuncture conventionnelle avec des indications similaires, par exemple Huo Chan 33.04 est Zhi Gou SJ 6, et sont tous deux utilises pour traiter la constipation.

De même, certains points sont nommés en fonction de leur relation avec un méridien ou un point spécifique de l’acupuncture conventionnelle, par exemple, Ce San Li 77.22 « à coté de San Li », en référence a sa localisation proche de Zu San Li 36E.

Maitre Tung utilise un système de classification des shén jīng.

Dans le cas du Poumon fèi par exemple :

  1. 肺總神經 [ fèi zǒng shén jīng]= canal principal du Poumon = canal P-1
  2. 肺神經 [ fèi shén jīng]= canal du Poumon= canal P-2
  3. 肺分枝(枝,支)神經 [fèi fēn zhī (zhī, zhī) shén jīng]= ramification du canal du Poumon = canal P-3
  4. 肺副神經 [ fèi fù shén jīng]= assistant du canal du Poumon = canal P-4
  5. 肺 細 支 [枝] 神經 = 細 支 肺 經, 及 其他 神經 [fèi xì zhī [zhī] shén jīng = xì zhī fèi jīng, jí qítā shén jīng]= collatéral du canal du Poumon = canal P-5

D’après le Dr Wang Chuan-Min, ceci permet de classer l’usage des points en fonction de la gravité de l’atteinte du patient.

1 agit comme une autoroute vers l’organe concerné. C’est le point le plus le plus efficace.

5 agit comme une petit chemin de traverse. Il peut traiter un dysfonctionnement mineur.

Nous verrons que la notion de shén jīng renvoie aux 5 Zang et aux 6 Fu extraordinaires de façon parfaitement claire pour celui qui sait exploiter la notion de métamérisme et d’anatomie segmentaire.

Le terme choisi par maitre Tung pour décrire ses points est 正經奇穴 Zheng Jing Qi Xue – points extraordinaire des méridiens réguliers.

Zhèng jīng 正经 fait clairement référence aux méridiens de l’acupuncture classique.

Le caractère 奇 est identique à celui que l’on trouve dans 奇经八脉 qí jīng bā mài.

Il est donc manifeste que les points de maitre Tung font référence aux méridiens et aux points de l’acupuncture conventionnelle et peuvent donc être compris grâce à la théorie fondamentale de la médecine chinoise.

L’acupuncture de maitre Tung est cependant différente de l’acupuncture traditionnelle.

Dans le système de maitre Tung, chaque point est directement relié aux Wu Zang.

Tong Tian par exemple est lié au Cœur et le « Dao Ma » Tong Guan, Tong Shan, Tong Tian constitue une zone de réaction qui peut servir à la fois de diagnostic et de traitement aux maladies du Cœur « à travers » le Zu Yang Ming.

Maître Tung accepte son premier disciple le 1er juillet 1962.Les docteurs Wang Chuan-Min, Young Wei-Chieh , Palden Carson deviennent ses disciples officiels en novembre 1974.

Le Dr. Young est le premier à tenter de systématiser l’approche de maitre Tung par la théorie Zang Fu Bie Tong.

Cette théorie est tirée des livres “Yi Xue Ru Men” (Introduction à la science médicale) de LEE Chan (1575) et “Yi Jing Jing Yi” (L’essence des classiques médicaux) de TANG Rongchuan (1884).

Bien que l’acupuncture de Maître Tung se compose d’un ensemble théorique de 740 points, auxquels il faut ajouter des applications uniques des points des 14 canaux classiques, il n’est pas important de tous les utiliser.

D’après mon expérience, 20 à 30 points sont en réalité suffisants pour combler tous les besoins de la pratique clinique quotidienne.

Dans mon enseignement et ma pratique de l’acupuncture de Maître Tung, je choisis toujours des points indolores, facilement accessibles et qui donnent immédiatement des résultats significatifs.

Certains praticiens aiment poncturer les points des doigts car ils sont puissants et offrent souvent des résultats immédiats spectaculaires, mais ils sont aussi extrêmement sensibles et donc inadéquats pour certains patients.

Le système de numérotation des points

  • 11 – points des doigts
  • 22 – points de la main
  • 33 – points de l’avant-bras
  • 44 – points du bras
  • 55 – points de la plante du pied
  • 66 – points du dessus et des côtés du pied
  • 77 – points de la jambe inférieure
  • 88 – points de la cuisse
  • 99 – points de l’oreille
  • 1010 – points du visage et du cuir chevelu
  • DT – points du torse (zone dorsale)
  • VT – points du torse (zone ventrale)

Une autre catégorie de points dite « A » représente les points de l’annexe de Maître Tung.

Ce sont des points ajoutés après la mise en œuvre du système de numérotation standard.

Personnellement, je ne l’utilise pas, car sa seule utilité est de définir une nomenclature de référence.

Aucun des enseignants du style Tung que je connaisse n’utilise ce système de numérotation dans la conversation ou l’enseignement.

Selon le Dr Young Wei-chieh, Maître Tung a durant sa vie, enseigné et pratiqué en trois phases distinctes.

Quand il arrive à Taïwan, il utilise les points d’acupuncture classiques mais selon la logique des interrelations entre les canaux.

Lorsque d’autres acupuncteurs commencent à l’imiter et à obtenir des résultats similaires, il change de stratégie et commence à utiliser son propre système de points.

Vers la dernière phase de sa vie, il combine librement les points d’acupuncture classiques et les points de la famille Tung.

Maître Tung n’a pas révélé de façon académique les principes qui gouvernent la sélection des points.

Dans la tradition chinoise classique, on attendait des étudiants qu’ils comprennent d’abord une idée fondamentale puis qu’ils la développent au-delà de l’enseignement initial.

Dans cette optique, nous devons tous considérer l’acupuncture de maitre Tung comme un sujet vivant auquel nous pouvons et devons tous contribuer.

En acupuncture Tung, on parle de points mais en réalité, il n’y a pas de point d’acupuncture !

Si je devais énoncé un principe fondamental alors je dirais que les zones aujourd’hui considérées comme des « points d’acupuncture » étaient (à quelques exceptions près) initialement des régions fonctionnelles plus larges.

L’homme possède trois cent soixante démarcations physiques (jie). Ceux-ci correspondent aux schémas numériques du ciel. La forme, le corps, les os et la chair correspondent à la substance matérielle de la terre. Au-dessus, il y a les oreilles, les yeux et l’intelligence mentale. Ceux-ci correspondent au soleil et à la lune.
Le corps a des dépressions de surface, des ouvertures, des reliefs et des vaisseaux sanguins. Ceux-ci ressemblent aux vallées fluviales [de la terre].

La luxuriante rosée des Annales du Printemps et de l’Automne (春秋繁露 Chônqiô fânlù), une des œuvres attribuées à Dong Zhongshu au IVe siècle.

Dans la majorité des cas, les termes anatomiques maintenant utilisés pour décrire les points d’acupuncture étaient à l’origine des régions plus larges, les régions « benshu » des extrémités étant l’exception la plus notable.

Par exemple, le terme anatomique Quepen (bassin ouvert) est aujourd’hui le nom du point d’acupuncture E12, situé dans la fosse supra-claviculaire, 4 cun latérale à la ligne médiane du corps.

Dans le Neijing, 14 structures anatomiques distinctes traversent la région nommée Quepen.

Lorsque les auteurs du Neijing utilisent des termes anatomiques comme Quepen, ils décrivent des zones anatomiques (ici la région entre la clavicule et l’omoplate qui délimite l’ouverture entre le thorax et la tête).

L’acupuncture classique ne donne pas la priorité aux fonctions et indications des points.

L’examen des différentes techniques de puncture décrites dans le Neijing montrent qu’à quelques exceptions notables près, les auteurs ne sont pas trop préoccupés par la théorie des points.

Sur les 26 techniques de puncture différentes décrites dans le chapitre 7 du Lingshu, seulement deux font spécifiquement référence à des points.

Ces deux « exceptions » sont liées à l’utilisation des régions benshu pour traiter les désordres des Zang Fu.

Les autres techniques indiquent comment restaurer la circulation des vaisseaux (mai) en agissant sur différents niveaux de plans tissulaires et fournissent des stratégies thérapeutiques pour traiter différents types de pathologie de ces plans tissulaires.

En acupuncture classique, c’est la restauration de la circulation des vaisseaux (maï) qui est l’objectif final de toute intervention thérapeutique et non l’activation de points d’acupuncture spécifiques en fonction de leurs actions thérapeutiques.

La pratique clinique doit rester flexible, adaptative, inventive.

Il est important de poser une réflexion sur la pratique.

Ma réflexion est basée sur deux piliers fondamentaux : l’étude du modèle cosmologique classique décrit dans le huang di nei jing et sa capacité à parfaitement décrire et exploiter l’anatomie segmentaire de l’être humain.

Lorsque ce modèle est correctement restauré par une démarche scientifique contextualisée, il ouvre la voie de la grande Tradition Initiatique universelle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.