LA SYMPTOMATOLOGIE DES 12 CANAUX PRINCIPAUX (1ère partie)

En 1973, des manuscrits médicaux antérieurs au Nei Jing ont été découverts dans la tombe d’un ancien prince de la dynastie Han à Ma Wang Dui dans la province du Hunan. Les manuscrits (des bandes de soie datées de 168 av. J.-C.) reflètent des concepts médicaux qui prévalent au moins un siècle avant cette date. Jusqu’à la découverte de ces manuscrits, le Nei Jing était considéré comme le plus ancien texte de médecine chinoise existant, mais les manuscrits de Ma Wang Dui nous permettent de tracer le processus de développement des concepts médicaux chinois.

Continuer la lecture

La prise du pouls radial-carotidien dans le Huang Di Nei Jing

Il y a le pouls du Yin et le pouls du Yang, celui qui connaît le pouls du Yang connaîtra aussi le pouls du Yin et vice versa. Le pouls qui représente les trois méridiens Yang est situé à la tête (Renying, artère carotide) tandis que le pouls qui représente les trois méridiens Yin est à la main (Cunkou, artère radiale). Les pouls du Renying et du Cunkou du même côté sont liés car Yin / Yang sont liés. Su Wen, chapitre 7

Continuer la lecture

L’arrivée du Qi

Les chapitres 1,3 et 9 du Ling Shu nous expliquent clairement qu’il est fondamental en acupuncture d’obtenir l’arrivée du Qi. Mais qu’est ce que l’arrivée du Qi ? L’arrivée du Qi signifie que le yin et le yang sont harmonisés suite à l’application des techniques de tonification et de dispersion qui traitent les déséquilibres du yin et du yang. Ling Shu, chapitre 3

Continuer la lecture

Principes du traitement des désordres des canaux

Le chapitre 10 du Ling Shu présente la symptomatologie des canaux principaux. Dans cette présentation le texte répète 12 fois la phrase suivante : “En ce qui concerne ces maladies, s’il y a abondance, on disperse, s’il y a vide, on tonifie, s’il y a chaleur, [on puncture] rapidement, s’il y a froid on laisse l’ aiguille, s’il y a affaissement on cautérise, s’il n’y a ni abondance ni vide on traite par le méridien.”

Continuer la lecture