Étiquette : musique

Retour aux sources

Pourquoi l’étude du Quadrivium permet d’expliquer les théories du…

De nombreux experts en médecine chinoise considèrent le Huang Di Nei Jing comme une application directe des principes mathématiques exprimés par le Yi Jing.

En termes de méthodologie, le Yi Jing est un système logique qui décrit en termes de fonctions l’ensemble des phénomènes manifestés dans le temps et l’espace grâce à l’usage du cadran solaire.

Lorsque nous parlons du Yi Jing nous devons mentionner le gnomon chinois car il reflète magistralement la loi qui régit les mouvements du Ciel et de la Terre.

En plantant un bâton dans le sol et en mesurant son ombre projetée sur le sol, le théorème « Guogu » permet de définir les relations qu’entretiennent le Ciel et la Terre. Le théorème « Guogu » a joué le rôle fondamental de PIVOT CENTRAL dans la culture chinoise à travers les âges. Ce théorème s’énonce de la manière suivante : « En réunissant l’aire (mi) de la base (Guo) et l’aire de la hauteur (Gu) on engendre l’aire de l’hypoténuse. »

Lire la suite de “Pourquoi l’étude du Quadrivium permet d’expliquer les théories du Huang Di Nei Jing”
Retour aux sources

La notion de résonance en médecine chinoise classique

Lors de mes formations j’insiste souvent sur la nécessité de traiter selon le principe de résonance différentes parties du corps ou de réaliser des traitements à trois niveaux (Xing, Qi et Shen) basés sur notre analyse des relations entre les 5 phases.

Tous les tissus et tous les organes du corps maintiennent en permanence une relation synchrone avec la fréquence cardiaque. C’est à dire que chaque tissu, chaque organe, n’attend pas passivement l’arrivée du sang mais s’active à maintenir une activité synchrone avec la fréquence du cœur afin de pouvoir absorber spontanément le sang qui les nourrit. Ce phénomène de résonance coordonnée des tissus et du cœur humain est une des manifestations du Qi que l’on appelle principe harmonique de résonance en physique.

Lire la suite de “La notion de résonance en médecine chinoise classique”