La micro-saignée d’après les classiques

Saigner pour évacuer la stagnation du sang. Ling Shu Chapitre 3 Huangdi demande : Que recherchez-vous dans les collatéraux pour savoir si la poncture est appropriée.Qibo répond : Quand il existe une condition excessive des collatéraux ils ont l’air pleins et fermes, protubérants, de couleur rouge foncé ou pourpre. Ils peuvent être présents sans motif; il peuvent se trouver sur les membres supérieurs ou les membres inférieurs. Ils peuvent apparaître aussi mince qu’une aiguille ou aussi gros qu’un tendon. Piquer les collatéraux dans ces conditions ne causera jamais d’accident. Sinon, toutes sortes d’accidents se produiront. Ling Shu Chapitre 39 : …

Continuer la lecture

De la différence entre les canaux et les collatéraux

Douze méridiens se distribuent profondément dans les muscles, on ne peut pas les voir. La seule partie qui se montre à l’extérieur est sur le méridien Zu Taiyin au-dessus de la malléole médiale. Les méridiens que l’on peut voir s’appellent les collatéraux.Leigong demanda : Quelle est la différence entre les méridiens et les collatéraux? Les méridiens se répartissent profondément dans le corps, et leur état d’excès ou de déficience se manifeste sur le pouls de Cunkou. Les méridiens que l’on peut voir sont les collatéraux. Ling Shu chapitre 10

Continuer la lecture

Les combinaisons Yuan-Luo du point de vue du Ling Shu

Le Ling Shu au chapitre 10 décrit la symptomatologie des vaisseaux Luo. On y apprend que la différenciation des 15 Luo dépend à la fois des symptômes et de l’apparence des collatéraux : on examine l’emplacement du point de liaison Luo, ou l’emplacement au-dessus et au-dessous du point. Un “gonflement” indique l’excès tandis qu’un “affaissement” indique la déficience. Le traitement des collatéraux consiste à «piquer pour faire saigner» aux endroits où on observe un changement d’aspect ou de la couleur du collatéral.

Continuer la lecture