Réflexion sur l’acupuncture “factice” dans les essais randomisés par Robert Chu

L’acupuncture placebo n’existe pas. Les expériences menées en laboratoire sur les effets de l’acupuncture utilisent toujours des points “non répertories” en “double aveugle” parce que l’acupuncture est considérée comme un modèle rigide constitué de 12 méridiens et d’un nombre fixe de points. Les protocoles de test sont en général construits sur le modèle suivant : un traitement aléatoire, sans rapport avec une condition particulière, une insertion des aiguilles à des emplacements non conventionnels, ou une acupuncture simulée c’est à dire sans réelle insertion. Nous allons démontrer que ces protocoles ne peuvent conduire qu’à une impasse tant qu’ils continueront à ignorer les véritables concepts de l’acupuncture classique.

Les recherches menées par le Dr Zang Hee Cho de l’université d’ Irvine montrent par IRM que l’acupuncture possède un effet physiologique réel. La machine du Dr Cho permet d’observer quelle zone du cerveau est active chez un sujet traité par acupuncture. Dans une pathologie oculaire par exemple, la poncture de V67 active la zone du cerveau qui correspond au nerf optique. Nous pouvons en déduire que l’acupuncture stimule le néocortex et le système nerveux. C’est pourquoi la puncture successive le long d’un canal/méridien induit une forte réaction neurologique.

D’après mon expérience, peu importe s’il s’agit d’une aiguille, d’un aimant, d’un laser, d’un courant électrique, d’un diapason, d’une pression, d’une graine de Vaccaria, d’une pression des doigts … l’acupuncture simulée “sans insertion” peut activer les canaux/méridiens et produire un effet mesurable.

L’acupuncture classique n’est pas principalement basée sur les points mais plutôt sur la dynamique des canaux/méridiens.

Les canaux définissent le territoire de la douleur musculo-squelettique et les signes et symptômes associés à la sphère organique concernée.

Par exemple, le canal/méridien de l’estomac passe le long de la crête tibiale antérieure et permet de traiter de nombreux troubles gastro-intestinaux ainsi que la douleur localisée le long du trajet du méridien. Nous utilisons ce méridien pour traiter une grande variété de troubles, comme les douleurs de l’estomac, les reflux acides, les douleurs des jambes, les nausées, les vomissements, l’indigestion, la constipation, etc.

Nous pouvons utiliser les points le long du canal Estomac pour traiter acné, eczéma, psoriasis et diverses affections cutanées, diarrhée, colite, diabète, toux avec mucosités, hyperlipidémie, etc.

Nous voyons donc que l’hypothèse d’une «insertion sur un site sans rapport avec telle ou telle condition» est totalement inconsistante.

Combien de points y a-t-il sur une ligne?

Les méridiens ou les canaux sont une feuille de route et nous savons que la carte n’est pas le territoire. Les acupuncteurs utilisent des planches des méridiens indiquant 361 points de base et environ 40 points “hors-méridien”.

Il existe de nombreuses traditions acupuncturales qui n’utilisent pas les 14 canaux ordinaires.

Un très bon exemple est le système de maitre Tung que je pratique. Ce système possède 740 points : certains sont sur les canaux classiques mais d’autres pas et permettent néanmoins d’obtenir des résultats étonnants.

En Chine aujourd’hui, il existe plus de 2000 nouveaux points découverts récemment. Il existe également des dizaines de microsystèmes sur les mains, les pieds, le cuir chevelu, les oreilles, les yeux etc.

L’acupuncture factice/simulée définie comme l’insertion d’aiguille à des endroits dits neutres ou dépourvus de point est donc totalement stupide.

Nous devrions également prendre en considération l’existence de 8 vaisseaux extraordinaires qui possèdent des trajets et des fonctions différentes des canaux principaux.

En outre, nous savons qu’il existe des collatéraux qui se ramifient et se dispersent dans différentes zones du corps, des méridiens tendino-musculaires qui possèdent aux aussi des trajets et une symptomatologie spécifique.

Bref, chaque zone du corps est en fait gouvernée par un canal et chaque point du corps peut donc être considéré comme un point d’acupuncture.

Il n’est donc pas étonnant que les chercheurs obtiennent des résultats inconsistants lorsqu’ils tentent d’évaluer les effets de l’acupuncture traditionnelle par rapport à une acupuncture simulée dans le traitement de conditions spécifiques comme les maux de tête, les problèmes de sinus ou la fibromyalgie.

Si les hypothèses initiales sont fausses alors que penser des conclusions ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.