Qu’est-ce qu’un point d’acupuncture dans le Nei Jing ?

Les points d’acupuncture proviennent de et sont formés par le qi et le sang des canaux.

Su Wen chapitre 59

Huang Di demanda : j’aimerais savoir quels sont les points qui représentent les Zang Fu. Qi Bo répondit : ce sont les 5 points Shu.

Ling Shu, chapitre 1

Il y a 365 points de rencontre aux jonctions des articulations (jie) *. Celui qui en connait l’essentiel peut le dire en une phrase, celui qui n’en connait pas l’essentiel perd complètement tout fil directeur. Ce que l’on appelle les articulations (jie), ce ne sont pas la peau, la chair, les tendons ou les os, mais les endroits où sortent et entrent, cheminent et circulent le souffle et l’esprit.

Líng Shū , chapitre 1

* Le terme « articulations » jié (节) évoque les nœuds d’une tige de bambou, à l’instar des points sur les canaux.

Les points d’acupuncture sont les endroits où le Qi et le Sang jaillissent à la surface du corps.

Les points représentent les canaux et les canaux peuvent être considérés comme la source du qi et du sang des points.

C’est la relation physiologique entre les points et les canaux qui fournit la base théorique fondamentale à l’usage des points.

On ne peut pas comprendre les fonctions et les indications classiques des points sans prendre en considération le canal qui les porte.

Nous devons chercher les points dans les espaces “vides” entre les différentes structures physiques.

Lorsqu’ils sont stimulés ils engendrent un mouvement systémique qui se propage jusqu’aux organes internes.

Avec de l’entrainement, nous pouvons percevoir les mouvements subtiles du qì et du sang dans les points d’acupuncture.

Les termes 穴 (xué), 俞 (shū), 腧 (shū) et 输 (shū) désignent les points d’acupuncture. L’expression contemporaine pour parler des « points » est shū xué 腧穴 (« point d’acupuncture ») ou simplement xué 穴.

Shū (输) est surtout utilisé pour définir une catégorie de point particulière qui possède une action distale remarquable, par exemple les 5 points de transport ou wǔ shū xué (五输穴), associés aux cinq mouvements.

Shū (俞) est aussi utilisé pour désigner le troisième point de transport des zones ben shu appendiculaires ou pour désigner les points bèi shù (背俞) de la face dorsale du tronc.

xué (穴) évoque un trou, un creux, une faille où jaillissent le qì et le sang du méridien. Les points se localisent tous dans des creux, des espaces entre les structures anatomiques.

Dans le Nèi Jīng on trouve d’autres termes qui évoquent les points d’acupuncture.

Xī gǔ (溪谷) les « gouffres et vallées » sont les espaces, les dépressions entre les muscles où Xī (溪) correspond aux petites dépressions et Gǔ (谷) aux grandes dépressions.

Les grands rassemblements dans les chairs ce sont les vallées (谷). Les petits rassemblements dans les chairs ce sont les gouffres (溪). Entre les chairs (il y a) les rassemblements des gouffres et des vallées dans lesquels circulent le (qì) nourricier et défensif.

Sù Wèn chapitre 58

Le dr Wáng Jū Yì 王居易 dit que les points d’acupuncture sont les lieux à la surface du corps où l’on peut transmettre et recevoir des informations, réguler les fonctions des canaux et des organes, favoriser ou restaurer l’irrigation des tissus environnant.

Les canaux et les points reflètent l’état des Zàng Fǔ.

Les 365 points sont les endroits où le qi/xue des canaux circule, entre et sort et les endroits où le qi pathogène externe attaque les canaux. Pour disperser le qi pathogène nous pouvons poncturer les points.

Su Wen , chapitre 10

Le chapitre 56 du Su Wen dit : “quand le qi pathogène attaque le corps, il pénètre d’abord dans la peau. Puis il entre dans les collatéraux, s’enfonce plus profondément dans les canaux jusqu’à ce qu’il atteigne les Zang Fu”.

Le chapitre 42 du Su Wen dit : “le vent attaque les Zang Fu à travers les points qui correspondent aux Zang Fu et y provoque une obstruction vasculaire.”

Tous ces passages indiquent que les points sont non seulement les endroits du corps où le qi/xue des canaux émerge et circule à la surface mais aussi les endroits où le Qi pervers pénètre pour attaquer les canaux et les organes.

Nous pouvons donc poncturer les points pour équilibrer les canaux et dissiper le Qi pathogène.

Nous devons comprendre que ces deux fonctions distinctes des points nécessitent l’application de techniques différentes.

Un point est un récepteur neutre et poncturer un point ne suffit pas à régulariser automatiquement les canaux ni à disperser le Qi pervers.

Nous devons appliquer le plus souvent les techniques de tonification et de dispersion décrites dans le Ling Shu.

La profondeur des points change en fonction de la saison et il est très important de connaitre la profondeur correcte des points lorsque l’on poncture.

Ling Shu, chapitre 19

Nous savons que les saisons affectent la circulation du qi et du sang dans les canaux. Le qi et le sang sont plus superficiels en été et plus profond en hiver.

Puisque le qi/xue des points provient des canaux, la profondeur des points dépend donc elle aussi des variations saisonnières. (voir l’article : https://medecinechinoiseclassique.fr/retour-aux-sources-de-la-profondeur-de-puncture )

Caractéristiques d’un point d’acupuncture

Le chapitre 58 du Su Wen est le seul chapitre du Huang Di Nei Jing qui classe les points en différents groupes selon leur fonction.

C’est donc un chapitre extrêmement important pour comprendre les fonctions et les indications des points.

Les groupes suivants sont décrits :

  1. les points en relation avec les Zang Fu
  2. les points chaleur et les points eau
  3. les points en relation avec Yin/Yang Qiao Mai
  4. les points Shu dorsaux des 5 Zang
  5. les autres points situés sur la tête, le visage, la poitrine, le dos et les quatre membres

Le chapitre 58 du Su Wen et les chapitres 1 et 2 du Ling Shu affirment que le seul groupe de points qui puisse traiter les Zang Fu sont les points Shu de transport. C’est l’une des théories fondamentales du Huang Di Nei Jing.

On notera que les points Bei Shu des 5 Zang ne sont pas listés sous la catégorie des 50 points en relation avec les 5 Zang au chapitre 1 du Ling Shu.

On en déduit que la fonction des points Bei Shu ne peut pas être identique à celle des points shu appendiculaires.

Les points chaleur et eau possèdent des fonctions spéciales pour traiter les maladies fébriles et les maladies en lien avec la rétention d’eau (voir mon article : https://medecinechinoiseclassique.fr/les-points-chaleur-et-points-eau-du-huang-di-nei-jing ).

Les points du Yin/Yang Qiao Mai sont Shen Mai et Zhao Hai et sont utilisés pour traiter les dysfonctions de leur vaisseau respectif.

Yin et Yang Qiao Mai sont considérés comme des branches séparées des canaux principaux Zu Shao Yin et Zu Tai Yang.

Ces trajets séparés possèdent leur propre symptomatologie et ne devraient donc être utilisés que dans ces situations.

En vertu de la relation qui existe entre les points et les canaux, la fonction des points devraient être en lien avec les fonctions des canaux qui les porte (voir plus loin).

Classification des points selon leur fonction

Le chapitre 59 du Su Wen donne ensuite le nombre de points sur chaque canal, bilatéralement :

  • Zu Tai Yang = 78
  • Zu Shao Yang = 62
  • Zu Yang Ming = 68
  • Shou Tai Yang = 36
  • Shou Yang Ming = 22
  • Shou Shao Yang = 32
  • Du Mai = 28
  • Ren Mai = 28
  • Chong Mai = 22
  • Zu Shao Yin, Shou Shao Yin, Zu Jue Yin et Yin/Yang Qiao Mai = 8

Le comptage des points est assez étonnant puisqu’il ne correspond pas au nombre de points décrits dans les manuels contemporains.

Par exemple, le Zu Tai Yang est dit posséder 78 points bilatéralement contre les 67 comptés unilatéralement aujourd’hui.

De plus, seuls les points des canaux Yang sont comptés dans le détail.

Enfin, la dernière partie du chapitre 59 affirme que le nombre total des points est de 365 alors qu’un comptage précis donne 384. Les 64 hexagrammes du Yi Jing possèdent 64×6=384 lignes yao, qui correspondent à ces points.

Mais comme la plupart des praticiens ne s’intéressent pas à la numérologie du Nei Jing, ils ne prêtent pas attention à ce chapitre qui est pourtant l’un des deux seuls du Su Wen à parler des points d’acupuncture (l’autre chapitre est le chapitre 58).

Le chapitre 58 classe les points selon leur fonction et le chapitre 59 discute de la relation entre les points et les canaux.

Ces deux chapitre révèlent la fonction des canaux de points de vue différents.

Comme nous le savons déjà, un point est un endroit où le qi/xue d’un canal se rassemble.

C’est la relation générale ou physiologique entre un point et son canal.

Au chapitre 58 on répète 10 fois la phrase : “les points proviennent de et sont formés par le qi et le sang du canal”.

La répétition est une figure de style classique qui souligne l’importance d’un concept, d’une théorie.

Nous devons donc comprendre que si certains points appartiennent à un canal c’est en raison de leur quantité intrinsèque de qi et de sang.

Ceci établit les principes de la sélection des points.

Relation entre les points et leur canal

Ce schéma révèle deux des points les plus importants concernant les points d’acupuncture.

Les points A,B,C et D sont formé par le Qi/Xue du canal et la relation entre un point et son canal devient alors très spécifique.

Les 22 points du shou yang ming par exemple, peuvent être utilisés pour traiter les dysfonctions du shou yang ming.

Cela signifie que les fonctions et indications des points sont définies par les symptômes liés à la dysfonction de leur canal.

La fonction du point A peut normaliser la fonction du shou yang ming c’est à dire traiter la douleur des dents, le gonflement du cou etc … qui sont des symptômes du shou yang ming !

Le même raisonnement s’applique aux autres points B,C et D du shou yang ming.

Fonctions et indications des points en relation avec leur canal

Nous comprenons que le canal est la source des points A,B,C,D et que chaque point représente l’état de son canal.

Le canal est la source de tous ses points.

On en déduit que les points Bei Shu des Zang Fu listés parmi les points du Zu Tai Yang ont une action spécifique sur le Zu Tai Yang et ses transformations pathologiques exclusivement.

Le chapitre 59 du Su Wen se focalise sur le relation entre un point et son canal et sur un comptage symbolique des points.

C’est la raison pour laquelle le comptage des points des canaux Yin est presque complètement évincé.

Pour terminer, nous devons discerner sur un même canal deux types de points possédants des fonctions différentes.

Nous avons compris que, par exemple, les indications des points P1,2,3, … , 11 sont identiques car ces points appartiennent tous au shou tai yin.

Cependant, P5,8,9,10,11 sont classés dans la catégorie des 5 points Shu de transport et donc incluent dans leurs indications les signes et symptômes de l’organe Fei.

Les fonctions et indications des points dans le Huang Di Nei Jing

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.