Quelques règles pour prendre en charge un consultant

Vous devez commencer par établir une fiche détaillée qui contient

  • Nom, prénom, date de naissance, adresse, tel, profession
  • Situation maritale et familiale
  • Historique et antécédent médicaux, traumatismes (chocs physiques et émotionnels), interventions chirurgicales, … ainsi que les antécédent médicaux familiaux (hérédité).

Puis vous devez définir le motif de la visite, ce qui est le plus important pour cette personne aujourd’hui, ce qui devrait vous permettre de suivre un fil conducteur et de ne ne pas vous perdre.

Vous devez interroger la personne sur l’ancienneté des signes et symptômes, depuis quand ils se manifestent, et sur les traitements ou les thérapies que la personne à entrepris pour traiter un problème particulier. Vous devez aussi vous renseigner sur une éventuelle médication en cours.

La phase de l’interrogatoire et des 10 questions fondamentales est en réalité une check liste de l’état des 5 Zang. Il faut respecter une chronologie et approfondir les informations plutôt que d’en collecter un grand nombre.

Par exemple, en cas de douleur, interrogez sur l’intensité, la durée, les circonstances d’apparition, d’aggravation et de soulagement. En cas d’insomnie, demandez des détails, soyez précis.

Il est essentiel que le patient se sente bien et qu’il ait le temps de parler et de se détendre. Plus le patient parlera, mieux il se sentira.

Lorsque vous observez, veillez à bien garder une vue d’ensemble. Tous les détails sont intéressants : la forme du corps, la taille, le teint, la voix, les mimiques…mais sans donner non plus trop d’importance à certains petits indices.

L’ examen du patient comprend bien sur la prise du pouls à plusieurs occasions au cours de la même séance : une première fois pendant l’interrogatoire par exemple, quand le patient est assis face à vous. Puis demander au patient de se déshabiller et de s’installer. Vous pourrez alors prendre les pouls des 9 régions et comparez les pouls radiaux et carotidiens.

Vous devez avoir déjà classé mentalement les informations glanées lors de l’interrogatoire et vous devez penser simple avant de penser compliqué !!! Faites le tri au fur et à mesure.

Vous observez ensuite la langue, vous palpez le corps, l’abdomen, les canaux et vous repérez les zones chaudes ou froides, les œdèmes, les tâches, etc.

Vous complétez votre premier raisonnement et vous cherchez d’autres informations pour confirmer vos hypothèses. Si c’est incohérent, vous devez modifier ces hypothèses.

Vous ne devez pas hésiter à conclure cependant. Il faut trancher et commencer le traitement par quelque chose. Vous pouvez éventuellement reprendre les pouls suite à cette première action thérapeutique.

Vous pouvez donner des explications aux personnes qui en demandent en faisant attention a l’effet nocebo que provoque certaines affirmations trop puissantes ! Expliquez simplement le cas et donnez des conseils en hygiène de vie.

Enfin, sachez que comprendre n’est pas guérir. Guider n’est pas convaincre ni forcer. Un bon thérapeute travaille sur lui au niveau de sa vitalité physique et énergétique. Il préserve son Qi et entreprend une démarche spirituelle. Il prend du recul par rapport à la maladie et à la mort.

Commentaires

  1. Christopher Quintela says:

    Merci pour ces conseils

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.