Les 12 points Yuan

Les Cinq Zang correspondent aux six Fu, il existe douze points Yuan associés aux cinq Zang. Les 12 points Yuan sont situés sur les quatre membres (au-dessous des articulations du genou et du coude), ils peuvent être utilisés pour traiter les maladies des 5 Zang. Ces douze points Yuan (qui représentent les 5 Zang) fournissent le Qi / Xue aux 365 points. Les maladies des 5 zang se manifestent aux 12 points yuan. Étant donné que chaque point Yuan correspond à un Zang, il est possible de connaître la maladie d’un Zang grâce à son point Yuan associé.

Le poumon est le Shaoyin parmi les Yang, son point Yuan est Taiyuan (P9) et il y a deux Taiyuan. Le coeur est le Taiyang parmi les Yang, son point Yuan est Daling (Pc 7), et il y a deux Daling. Le foie est le Shaoyang parmi les Yin, son point Yuan est Taichong (F3) et il y a deux Taichong. La rate est le Yin extrême parmi les Yin, son point Yuan est Taibai (Rte3) et il y a deux Taibai. Le rein est le Taiyin parmi les Yin, son point Yuan est Taixi (R 3) et il y a deux Taixi. Le point Yuan des Gao est Jiuwei (Ren 15) et le point Yuan des Huang est Muyang (Ren 6). Ces 12 points Yuan peuvent être utilisés pour traiter les maladies des cinq Zang et des six fu.

Ling Shu, chapitre 1

Nous allons commencer par noter que dans le chapitre 1 du Ling Shu, les points Shu sont abordés en premier, puis viennent les points Yuan :

Huangdi demanda : « j’aimerais connaitre les endroits où sortent les souffles des 5 organes et des 6 entrailles. »

Qibo répondit : ce sont les cinq points Shu. Chacun des 5 Zang possède 5 points Shu, soit cinq fois cinq qui font vingt-cinq points (25 points Shu de chaque coté du corps); chacun des 6 fu possède 6 points Shu (cinq points Shu plus un point Yuan), soit six fois six qui font trente-six points (36 points Shu de chaque coté du corps). Il y a 12 vaisseaux méridiens (jingmai), 15 vaisseaux luo (luomai), soit au total 27 trajets du souffle qui monte et descend. 

Ling Shu, chapitre 1

Cette déclaration révèle non seulement la relation spéciale entre les 5 points Shu et les Zang Fu, mais également que les 5 points Shu sont le seul groupe de points utilisés pour traiter le dysfonctionnement des Zang Fu.

Les 12 points Yuan sont les points “Shu-rivière” des 5 point Shu des 5 Zang (des deux côtés), plus Jiuwei (Ren 15) et Muyang (Ren 6).

Chaque groupe de points shu représente son Zang ou son Fu correspondant et ceci inclut le point Yuan qui est le point du shu-rivière parmi les 5 points shu des canaux Yin.

En d’autres termes, la fonction des 12 points Yuan est contenue dans la fonction des 5 points Shu. Dans ce contexte, les 12 points yuan représentent TOUS les points Shu parce que les 5 points Shu et leur point Yuan respectif représentent le Zang ou le Fu qui leur est associé. Les fonctions et les indications des points Yuan des 6 canaux yang sont également comprises dans celles des 5 points shu.

Huangdi demanda : quelle est l’usage du point Yuan des canaux yang?

Qibo répondit : le point Yuan ne correspond pas aux 5 saisons; son usage est identique à celui du point jing-rivière.

Ling Shu, chapitre 44

Il est clair que la fonction et les applications du point Yuan des canaux Yang sont identiques à celles du point jing-rivière. Par conséquent, les 12 points yuan décrits dans le chapitre 1 du Ling Shu ne doivent pas être considéré comme un groupe de points distinct des 5 points Shu.

Dans le Su Wen, au chapitre 58, tous les points d’acupuncture sont classés en différents groupes, d’après leurs fonctions; c’est le seul chapitre du Su Wen qui discute de la fonction des points. On peut y lire que le nombre de points utilisés pour traiter les dysfonctions des Zang est 50 (25 de chaque coté du corps), et 72 pour traiter les Fu (36 de chaque coté du corps).

Si l’on compare ces deux extraits, alors il est clair que les 5 points Shu forment le SEUL groupe de points qui traitent les dysfonctions des Zang Fu. C’est une des théories les plus importantes du Neijing sur les points d’acupuncture. Les acupuncteurs des générations futures qui comprennent cette théorie n’utilisent QUE ces points pour traiter les Zang Fu et pas les points Bei Shu du canal de la Vessie ou les points Mu antérieur du tronc …

Mais alors on est en droit de se questionner sur l’utilité de définir 12 points Yuan.

Là où le souffle sort, c’est le point Jing (puits); là où le souffle s’écoule, c’est le point Ying; là où le souffle se déverse, c’est le point Shu; là où le souffle transite, c’est le point Yuan; là où le souffle circule, c’est le point Jing (passage); là où le souffle entre, c’est le point He. Ces 27 trajets du souffle passent (xing) tous par les 5 points shu.

Ling Shu, chapitre 1

Le chapitre 1 du Ling Shu introduit d’abord les 5 points Shu puis déclare : “la fonction des 27 méridiens et collatéraux dépend des 5 points shu” (qui représentent les Zang Fu). Le Ling Shu nous montre ici l’importance des Zang Fu dans la théorie des méridiens et des collatéraux.

Les 12 points Yuan cités dans le chapitre 1 du Ling Shu représentent le Cœur, le Poumon, le Foie, la Rate et les Reins. Les 5 Zang sont considérés comme le centre de la théorie des Zang Fu et des Jing Luo.

Les points Ren 6 et Ren 15 appartiennent au Ren Mai. D’après le chapitre 59 du Su Wen, les fonctions et indications de ces points sont liées aux dysfonctions du Ren Mai uniquement et ne peuvent donc pas être liées au traitement des Zang Fu. Nulle part ailleurs dans le Huang Di Nei Jing il n’est fait mention de ces deux points pour traiter les 5 Zang. Par conséquent, la déclaration “les 12 points yuan peuvent être utilisés pour traiter les maladies des 5 Zang 6 Fu” n’inclut pas ces deux points.

Les points Yuan des Gao et des Huang possèdent une signification différente. D’après un célèbre texte historique classique, une maladie ne peut pas être traitée si elle se situe entre Gao et Huang, car ni l’acupuncture ni les herbes ne peuvent atteindre cette région. Les termes “Gao” et “Huang” indiquent un état très grave et sont synonyme d’une maladie difficile à traiter. Pourtant les points Yuan des Gao et des Huang sont bien répertoriés parmi les points Yuan du chapitre 1 du Ling Shu. Ceci révèle simplement le fait qu’une fois que la maladie à atteint les Zang, elle est grave car difficile à traiter. Les 5 points Shu qui peuvent traiter les maladies des cinq Zang sont donc les points les plus importants parmi les points Shu.

Le Su Wen, au chapitre 59, discute des points d’acupuncture formés par le Qi et le Xue des méridiens. Ce chapitre ne contredit pas la théorie des 5 points Shu. Comme nous le savons, la production et le transport du Qi et du Xue dépendent du travail collaboratif des Zang Fu. Le Qi et le Xue des 5 points Shu représentent donc la fonction des Zang Fu. C’est la relation physiologique entre les 5 points Shu et les Zang Fu, ainsi que l’établissement de la théorie de base pour régulariser les fonctions des viscères par les points Shu.

Les 12 points yuan (qui représentent les 5 points shu) fournissent le qi / xue aux 365 points.

Ling Shu, chapitre 1

Yuan signifie source, le nombre 12 indique les 12 méridiens (qui représentent tous les méridiens et les collatéraux). Le qi / xue d’un point provient de son méridien et le qi / xue des 12 méridiens provient des Zang Fu. Ceci est la relation juste entre les points d’acupuncture, les méridiens et les Zang Fu.

Il y a 365 points de rencontre aux jonctions des articulations (jie). Celui qui en connait l’essentiel peut le dire en une phrase, celui qui n’en connait pas l’essentiel perd complètement tout fil directeur. Ce que l’on appelle les articulations (jie), ce ne sont pas la peau, la chair, les tendons ou les os, mais les endroits où sortent et entrent, cheminent et circulent le souffle et l’esprit.

Ling Shu, chapitre 1

Dans le Su Wen au chapitre 58, il est écrit que “les 365 points d’acupuncture correspondent aux 365 jours de l’année.” Cependant, le nombre réel de points référencés dans le Nei Jing est de 165 .

Dans le “Classique systématique d’acupuncture et de moxibustion”, écrit en 250 ap. JC, on compte 349 points, puis en 1817, dans “Source de l’acupuncture et de la moxibustion”, on en compte 361 (ce qui est toujours le nombre de référence aujourd’hui).

Le Neijing référence tous les points importants, leurs fonctions, leurs applications, en les classant dans différentes catégories : 5 points Shu, points Xia-He, points Yuan, points Luo, points Bei Shu, points Eau et points Feu.

Les autres catégories de points sont issues d’ouvrages ultérieurs :

  • “Nanjing” : 8 points d’ouverture des méridiens extraordinaires
  • “Classique systématique d’acupuncture et de moxibustion” : points Xi, 5 points Shu du canal du Coeur, points de croisement
  • “Canon du diagnostique par le pouls” : points Mu antérieurs
  • “Prescription valant 1000 pièces d’or en cas d’urgence” : points extraordinaires et points ashi
  • “Canon du guide de l’acupuncture” : 8 points de réunion

Si “ce que l’on appelle les articulations (jie), ce ne sont pas la peau, la chair, les tendons ou les os, mais les endroits où sortent et entrent, cheminent et circulent le souffle et l’esprit” alors il faut chercher les points d’acupuncture dans les espaces entre les tissus, domaine du San Jiao.

Le Dr Wáng Jū Yì 王居易 propose que le San Jiao est en réalité composé des fascias et des espaces qu’ils définissent, là où circulent les liquides organiques. Yuán qì circule avec ces liquides interstitiels.

Les espaces du San Jiao constituent la trame dans laquelle les canaux se définissent. Pour le dr Wang, tous les canaux existent dans les espaces du San Jiao et suivent les lignes de tensions, de tractions distribuées le long des fibrilles de collagènes qui constituent une grande partie du tissus des fascias.

Le Nèi Jīng dit que le San Jiao est la voie de circulation du yuán qì. La 66ème difficulté du Nán Jīng dit que yuán qì provient de la zone où le qì s’agite située entre les deux reins, qu’il est diffusé par le San Jiao et que les points yuán lui sont associé.

D’après le Nan Jing, les points yuán sont les points qui permettent au yuán qì circulant dans le San Jiao de rejoindre la circulation des canaux.

La plupart des auteurs contemporains pensent que la théorie des cinq points shū-transports (输) décrit un développement progressif du qì des canaux en direction des genoux ou des coudes (je ne suis pas d’accord avec cette interprétation du Ling Shu mais ceci est une autre histoire).

Le point yuán est le troisième point shū-transports (输) sur les canaux yīn et le point proximal du troisième point shū-transports (输) sur les méridiens yáng. C’est l’endroit où le qì s’écoule (zhù 注) comme une rivière et là où se localise les points yuán. Anatomiquement, ces points sont tous situés au niveau des chevilles ou des poignets qui sont des articulations constamment sollicitées et donc garante d’une mise en circulation quasi-constante durant la journée. Ces zones induisent une “microcirculation” importante dit le dr Wang, très favorable aux transformations métaboliques. Yuán qì est en quelque sorte le catalyseur de ces transformations.

Toujours d’après le dr Wang, la stimulation des points yuán doit être douce et la diffusion de la sensation de qì dans le canal doit être progressive.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.