“La Théorie des Méridiens et ses Applications” de Jason Robertson & le Dr Wang Ju-Yi

Jean-Sylvain, tu as étudié avec le Dr Wang Ju Yi. Quel est ton sentiment sur le livre de Jason Robertson ?

J’ai rencontré Jason Robertson en 2010 puis le Dr Wang Ju Yi l’année suivante. Avec eux, la théorie des canaux prend vie. Nous nous rappelons les trois méthodes de diagnostic complémentaires décrites dans le Su Wen : la palpation des canaux de l’avant-bras, la prise du pouls et l’observation des couleurs du teint, combinés à l’interrogatoire. Jason Robertson nous présente un sujet magistral et un éclairage sur la théorie des Liu Jing.

Quel est d’après toi la place de cette approche dans les cursus des écoles MTC ?

Un praticien doit savoir raisonner à partir des principes exposés dans les classiques. Je constate chaque jour que c’est malheureusement loin d’être la règle … la majorité des étudiants préfèrent (ou subissent ?) un apprentissage scolaire au développement de la réflexion et à la lecture des classiques . Mais peut être est-ce parce que nulle part dans les cursus de MTC on ne leur propose d’alternative ? Le Dr Wang Ju Yi possède clairement l’une des clés qui permet d’envisager un apprentissage intelligent.

MTC et médecine chinoise classique ne sont donc pas équivalentes ?

Il est important de réaliser que la médecine chinoise utilise une dialectique PRÉCISE, celle du Yin – Yang, des Wu Xing ou encore des Tian Gan Di Zhi, les troncs célestes et les branches terrestres. Il faut comprendre le lien entre les Jing Luo et les Zang Fu avant tout autre chose. Le système médical chinois est un système logique construit sur les rapports du 10 et du 12, du 5 et du 6 envisagés dans leur dualité yin-yang. Peu de personne savent que les seules méthodologies diagnostiques qui répondent à l’acupuncture sont : yin-yang, wu xing et jing luo. La méthode du Dr Wang nous permet d’identifier les canaux à traiter grâce à un diagnostic par les Jing Luo. Cette différentiation des canaux touchés par la maladie est indispensable en pratique clinique. J’ajoute que la palpation des canaux permet aussi de grandement améliorer la localisation des points d’acupuncture.

A propos de points … que penses-tu des traitements proposés dans cet ouvrage ?

Les points de transport appendiculaires représentent l’essentiel du traitement acupunctural. Ils sont d’après le Ling Shu, les SEULS points permettant de régulariser de la dynamique viscérale et les dysharmonies Ying-Wei des canaux principaux. Le Ling Shu affirme clairement qu’il existe 50 points appendiculaires dans le Yin pour régulariser la fonction des 5 Zang, et 72 points appendiculaires dans le Yang pour régulariser les 6 Fu. Les points de transport sont le fondement de la pratique acupuncturale classique. Ils forment un micro-système remarquable et doivent être systématiquement puncturés en cas de dysfonction des zang fu ou de dysharmonie Qi Xue, Ying Wei. Nous devons néanmoins apprendre à les utiliser correctement de façon non dogmatique mais flexible en comprenant qu’ils forment un microsystème puissant et qu’ils résument à eux seuls la physiologie classique.

Penses-tu que la Théorie des Canaux puisse nous ramener à une médecine chinoise plus classique ?

L’ouvrage de J. Robertson est un point de départ, une ouverture sur la médecine chinoise classique qui ravira les passionnés et qui les amènera je l’espère à se questionner sur le sens de certaines théories contemporaines. Je soutiens que d’ici 10 ans, l’acupuncture classique aura repris sa place dans un système médical qui intégrera haute technologie et traditions millénaires.

Merci beaucoup Jean-Sylvain pour ces quelques minutes de ton temps que tu as bien voulu m’accorder.

Avec plaisir !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.