HORLOGE BIOLOGIQUE et la mesure du temps en médecine chinoise classique (1ère partie)

Décrits pour la première fois en 1729 par le mathématicien et astronome français Jean-Jacques Dortous de Mairan, des rythmes circadiens, du latin circa, environ, et diem, jour, existent chez la plupart des organismes vivants. La vie de l’être humain est rythmée par les cycles de veille-sommeil.

La fonction de notre horloge biologique est de coordonner nos grands processus physiologiques avec les différents moments de la journée. Notre température corporelle, notre sommeil, notre métabolisme, notre activité cardiovasculaire, notre transit intestinal fluctuent tout au long de la journée et sont orchestrés par notre métronome intérieur qui fonctionne sur une fréquence moyenne de 25 heures.

Notons dès à présent que dans la Chine ancienne, la journée était divisée en 25 heures, soit 25 périodes de 57,6 minutes, ou 50 cycles alternativement yin et yang ( “25 yin” 亦 十五 度 et “25 yang” 二 十五 度 ) de 28,8 minute chacun.

Les références les plus anciennes concernant la mesure du temps par la clepsydre datent du VIème siècle avant JC. Les horloges à eau étaient importantes pour l’étude de l’astronomie. Lorsque nous discuterons de l’horloge circadienne chinoise nous reviendrons sur cette importante précision.

Les fluctuations du niveau de certaines hormones dans le sang comme la mélatonine et l’hormone de croissance sont également gérées par notre horloge interne. La mélatonine est souvent dénommée hormone du sommeil car sa sécrétion accompagne le repos nocturne. Elle est synthétisée par la glande pinéale et est libérée dans la circulation sanguine dès que la lumière décline. Elle disparaît totalement au lever du jour lorsque l’organisme s’active à nouveau.

L’hormone de croissance joue un rôle indispensable dans la croissance des os et des muscles chez les enfants et assure une fonction réparatrice chez l’adulte. Cette protéine est secrétée uniquement en début de nuit lorsque nous entrons en phase de sommeil profond.

Le sommeil est composé de deux phases très différentes mais liées l’une à l’autre: le sommeil lent et le sommeil paradoxal.

Le sommeil lent est le sommeil réparateur de la fatigue physique. Il comprend 4 stades. Les stades 1 et 2 forment le sommeil lent léger. Les stades 3 et 4 forment le sommeil lent profond. Pendant le sommeil léger, l’individu est encore sensible au monde extérieur (bruit, lumière, sensation). Pendant le sommeil lent profond, le sommeil est lourd et très reposant.

Le sommeil paradoxal est le sommeil des rêves. Il est très réparateur de la fatigue psychologique, du stress et intervient dans la mémorisation. Pendant le sommeil paradoxal, le cerveau est très actif.

Le sommeil est composé de « cycles de sommeil » d’une durée variable de 1 à 2 heures. Un cycle débute par un sommeil lent léger, se poursuit par un sommeil lent profond et se termine par un sommeil paradoxal. Plus on avance dans la nuit moins les cycles sont riches en sommeil lent profond, et plus ils sont riches en sommeil paradoxal. Ainsi le dernier cycle de sommeil est surtout composé de sommeil léger et de sommeil paradoxal.

Le sommeil participe à de multiples fonctions de maintenance et de réparation des organes. Il a d’abord une fonction de création de l’énergie nécessaire à notre fonctionnement pendant la journée (c’est le rôle du sommeil lent profond). Le sommeil participe au renforcement des défenses immunitaires de l’organisme.

Le sommeil paradoxal est indispensable à l’apprentissage, à la mémorisation et à l’équilibre psychologique.

Le sommeil est un processus complexe très dépendant de la bonne synchronisation de l’horloge biologique.

Notre horloge biologique réside au cœur de chacune de nos cellules qui se calent toutes sur le rythme imposé par deux minuscules structures cérébrales que sont les noyaux supra-chiasmatiques (NSC) situés à la base de l’hypothalamus et au-dessus du croisement des deux nerfs optiques (ou chiasma optique à l’origine du nom des noyaux).

Afficher l’image source

L’horloge centrale que sont les NSC doivent être ré-ajustés quotidiennement. Pour se faire, les neurones qui les composent re-synchronisent leur activité grâce à la rétine qui les informe continuellement de la luminosité ambiante. Notre horloge biologique se synchronise ainsi sur le rythme jour-nuit de 24 heures.

Notre horloge fonctionne grâce à une boucle de rétrocontrôle négatif. Ce processus permet de réguler finement les activités cellulaires. Le point de départ de cette boucle ce sont des gènes qui fournissent les plans pour fabriquer des protéines. Ces plans sont transmis du gène au cytoplasme, lieu de production des protéines, par une molécule appelée ARN messager (ou ARNm).

Mais alors que la plupart des protéines demeurent habituellement dans le cytoplasme où elles remplissent différentes fonctions, celles qui sont impliquées dans notre horloge biologique retournent dans le noyau où se trouvent l’ADN, se fixent sur le gène qui les a produites et stoppent son activité.

Moins de protéines sont alors fabriquées jusqu’à ce qu’il n’y ai plus assez de protéines qui retournent dans le noyau pour empêcher leur production. Les protéines commencent alors à nouveau à s’accumuler et initient un nouveau cycle.

C’est la “pulsation” des protéines à l’intérieur des noyaux supra-chiasmatiques qui donne le tempo à tout l’organisme.

On sait peu de choses sur la façon dont cette horloge centrale synchronise les autres horloges situées dans les organes périphériques. On sait toutefois que la synchronisation peut s’effectuer rapidement lorsqu’elle emprunte la voie nerveuse ou plus lentement si elle utilise la voie hormonale.

Une hormone est une substance chimique biologiquement active, synthétisée par une cellule glandulaire et sécrétée dans le milieu intérieur où elle circule, agissant à distance et par voie sanguine sur des récepteurs spécifiques d’une cellule cible. Elle transmet un message sous forme chimique et joue donc un rôle de messager dans l’organisme. Le terme « hormone » (du grec ὁρμάω, mettre en mouvement) a été adopté par Starling en 1905 pour désigner les substances qui assurent la liaison entre les divers organes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hormone

Notre horloge biologique rythme notre vie au quotidien. En laboratoire, des chercheurs ont fait croire à de petits lémuriens qu’une année durait cinq mois … ces animaux ont alors vieilli prématurément !

On peut alors imaginer que retarder le vieillissement en ralentissant le tempo de l’horloge biologique serait la clé de la longévité, voire de l’immortalité dont rêvaient les anciens empereurs chinois …

Le troisième chapitre du Huainanzi décrit 15 heures du jour. Il s’agit de l’aube (明), de la lumière du matin (明), du lever du jour (旦明), du repas matinal (早 食; 蚤 食), du repas de fête (, 食), de l’avant midi (中), de midi (正中), de l’ombre courte (还; 小 還), du soir (时; 餔; ‘repas du soir’), de l’ombre portée (大 还; 大 還), du réglage haut (舂), du réglage bas (舂), du coucher du soleil (东; 縣 車), du crépuscule (; 黃昏), du temps du repos (昏).

Ces 15 heures correspondent à chaque heure de la période 06h00-20h00 sur une horloge de 24 heures. Mais si les heures du jour sont mesurées selon le référentiel Shí-kè, les heures de la nuit sont elles mesurées selon le référentiel Gēng-diǎn. Le système Shí-kè (時 – 刻) est dérivé de la position du soleil.


J’aurais presque envie de préciser ici que le temps solaire vrai est une mesure du temps basée sur le déplacement apparent du Soleil au cours de la journée. Le temps solaire vrai en un lieu et à un moment donnés est l’angle horaire du soleil en ce lieu et à ce moment. En découle la définition du midi solaire : c’est l’instant où le Soleil atteint son point de culmination, en un endroit donné de la Terre ; à cet instant, son angle horaire est égal à zéro.

Le temps solaire vrai est fondé sur le jour solaire apparent, qui est la durée entre deux retours successifs du Soleil au méridien local. Cette durée varie tout au long de l’année pour deux raisons :

  • L’inclinaison de l’axe de la Terre par rapport au plan de l’écliptique;
  • L’excentricité de l’orbite de la Terre et la variabilité de la vitesse de déplacement de la terre sur son orbite (première et deuxième lois de Kepler). La Terre se déplace le plus vite lorsqu’elle est au plus près du soleil le 4 janvier, et le moins vite lorsqu’elle en est le plus loin, le 4 juillet.

La première raison a pour conséquence des jours solaires apparents plus courts en mars ou septembre qu’en juin ou décembre.

La seconde raison a pour conséquence qu’ils sont encore plus longs en décembre-janvier et un peu moins longs en juin-juillet.

11 février24 heures exactement
26 mars24 heures − 18,1 secondes
14 mai24 heures exactement
19 juin24 heures + 13,1 secondes
26 juillet24 heures exactement
16 septembre24 heures − 21,3 secondes
3 novembre24 heures exactement
22 décembre24 heures + 29,9 secondes

Durée du jour solaire apparent (1998)
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Temps_solaire

Ces durées varient légèrement sur une période de quelques années et significativement sur des millénaires.

Sur une planète prograde comme la Terre (c’est-à-dire qui tourne autour de son axe dans le même sens qu’autour du Soleil), le jour solaire est plus long que le jour sidéral.

À l’instant 1, le Soleil et une étoile très lointaine sont tous les deux en face d’un point donné de la Terre (le point rouge).
À l’instant 2, la planète a fait un tour complet autour d’elle-même(1→2 = un jour sidéral). Il faut encore un peu de temps pour que, à l’instant 3, le Soleil soit de nouveau en face (1→3 = un jour solaire).

Il est tout à fait surprenant que les savants des Han tiennent compte de ces paramètres complexes pour mesurer le temps qui passe …


Chaque shi correspond à 1⁄12 du temps entre un minuit et le suivant, ce qui correspond à peu près au double d’une heure moderne. Ces deux heures sont nommées d’après les branches terrestres, en prenant minuit dans le premier shi. Ce première shi correspond habituellement à la période 23h00-01h00, mais elle fut modifiée pendant la dynastie Song de sorte qu’elle corresponde à la période 00h00-02h00.

Aucune description de photo disponible.
Les 12 heures shi et leur correspondances avant et après les Song
Source : https://en.wikipedia.org/wiki/Traditional_Chinese_timekeeping

À partir de la fin de la dynastie Tang et jusqu’à la dynastie Song, chaque shí est divisée en deux, la première moitié s’appelle heure initiale (初) et la seconde s’appelle heure centrale (正). Sous les Song, minuit passe donc de l’heure centrale du premier shí (子 正) à l’heure initiale du premier shí (子 初).

Les jours sont également divisés en unités plus petites, appelées kè (刻). Un kè était généralement défini comme 1⁄100 d’un jour jusqu’en 1628, bien qu’il y ait eu auparavant de courtes périodes durant les quelles les jours avaient 96, 108 ou 120 kè. Kè signifie littéralement “marque” ou “gravure” et fait référence aux marques apposées sur les cadrans solaires ou les horloges à eau.

Un kè est 1⁄100 de jour et donc chaque kè est égal à 0,24 heure, soit 14,4 minutes ou 14 minutes 24 secondes.

Chaque shi contiendra 8 1⁄3 kè, soit 7 ou 8 kè complets et une fraction. Ces kè fractionnaires sont des multiples de 1⁄6 kè, ou 2 minutes 24 secondes. Les 7 ou 8 kè complets de chaque shí sont appelés “kè majeur” (大 刻). Chaque 1/6 de kè est appellé “kè mineur” (小 刻).

Shí et kè sont utilisés pour décrire l’heure du jour avec précision.

Avant la dynastie Tang, les shí étaient notés en premier, puis chacun des ké majeurs était compté jusqu’à 8.

Par exemple, compter du 1er kè majeur du 1er shi au 1er kè majeur du 2ème shi ressemblerait à ceci : zǐ (子), zǐ 1 kè (子 一刻), zǐ 2 kè (子 二 刻), zǐ 3 kè (子 三 刻) , zǐ 4 kè (子 四 刻), zǐ 5 kè (子 五 刻), zǐ 6 kè (子 六 刻), zǐ 7 kè (子 七 刻), zǐ 8 kè (子 八 刻), chǒu (丑).

xū 1 kè (一刻) peut se lire “1 kè après xū shí”, ​​c’est à dire 19:12:00.

Après l’introduction par la dynastie Tang des parties “initiale” et “centrale” du shí, le shí était toujours noté en premier mais avec une description supplémentaire de la moitié du shi dans lequel se déroulait le kè.

Comme cela réduit à quatre le nombre de kè majeurs cela change notre premier exemple ci-dessus comme suit : zǐ initial (子 初), zǐ initial 1 kè (子 初 一刻), zǐ initial 2 kè (子 初二 刻), zǐ initial 3 kè (子 初三 刻) , zǐ initial 4 kè (子 初四 刻), zǐ central (子 正), zǐ central 1 kè (子 正 一刻), zǐ central 2 kè (子 正 二 刻), zǐ central 3 kè (子 正 三) ), zǐ central 4 kè (子 正 四 刻), chǒu initial (初).

sì central 3 kè (正 三 刻), est “le troisième kè dans la seconde moitié de sì”, c’est à dire 11:31:12.


Le système Gēng-diǎn (更 – 點) utilise des signaux prédéterminés pour définir l’heure de la nuit.

Gēng (更) est un signal horaire donné par le tambour ou le gong. Le caractère gēng 更, qui signifie littéralement “rotation” ou “montre”, provient de la rotation de la garde dont la fonction est de donner ces signaux sonores.

Le premier gēng est théoriquement donné au coucher du soleil, mais il a été normalisé pour tomber sur le yǒu central 1 kè, soit 19:12. Le temps entre chaque gēng vaut 1⁄10 de la journée, soit 2,4 heures, ou 2 heures 24 minutes.

Les 5 gēngs de la nuit sont numérotés de un à cinq : yī gēng ( 更 ) (alternativement chū gēng (初更) pour “veille initiale”), èr gēng ( 二更 ), sān gēng ( 三更 ), sì gēng ( 四更 ) et wǔ gēng ( 五更 ). Les 5 gēng donnés pour le jour sont nommés d’après les moments de la journée énumérés dans le Livre des Sui, qui explique comment Huang Di divisa le jour et la nuit en dix parties égales. Ils sont le matin ( 朝 ), le milieu de la matinée, (禺 ), le midi (中), l’après-midi ( 晡 ) et le soir (夕).

Les gēng sont couplés aux 10 troncs célestes.

Diǎn (点; 點), ou point, est marqué lorsque le signal de l’heure de la cloche ou du tambour est donné. Chaque diǎn ou point correspond à 1/60 de la journée, soit 0,4 heure ou 24 minutes. Chaque sixième diǎn tombe sur un “gēng”, chaque diǎn divisant chaque “gēng” en 6 parties égales.

Gēng et diǎn sont utilisés pour décrire avec précision le moment de la nuit.

Compter du premier gēng au suivant ressemble à ceci: yīgēng , yīgēng 1 diǎn, yīgēng 2 diǎn, yīgēng 3 diǎn, yīgēng 4 diǎn, yīgēng 5 diǎn, èrgēng. Par exemple, l’heure sāngēng 2 diǎn se lit “deux diǎn après sāngēng” et correspond à 00:48.

 
Diǎn 00:00:00
Sāngēng
00:24:00
Sāngēng 1 diǎn
00:48:00
Sāngēng 2 diǎn
01:12:00
Sāngēng 3 diǎn
01:36:00
Sāngēng 4 diǎn
02:00:00
Sāngēng 5 diǎn
02:24:00
Sìgēng
02:48:00
Sìgēng 1 diǎn
03:12:00
Sìgēng 2 diǎn
03:36:00
Sìgēng 3 diǎn
04:00:00
Sìgēng 4 diǎn
04:24:00
Sìgēng 5 diǎn
04:48:00
Wǔgēng
05:12:00
Wǔgēng 1 diǎn
05:36:00
Wǔgēng 2 diǎn
06:00:00
Wǔgēng 3 diǎn
06:24:00
Wǔgēng 4 diǎn
06:48:00
Wǔgēng 5 diǎn
07:12:00
Matin
07:36:00
Matin 1 diǎn
08:00:00
Matin 2 diǎn
08:24:00
Matin 3 diǎn
08:48:00
Matin 4 diǎn
09:12:00
Matin 5 diǎn
09:36:00
Milieu de matinée
10:00:00
Milieu de matinée 1 diǎn
10:24:00
Milieu de matinée 2 diǎn
10:48:00
Milieu de matinée 3 diǎn
11:12:00
Milieu de matinée 4 diǎn
11:36:00
Milieu de matinée 5 diǎn
12:00:00
Midi
12:24:00
Midi 1 diǎn
12:48:00
Midi 2 diǎn
13:12:00
Midi 3 diǎn
13:36:00
Midi 4 diǎn
14:00:00
Midi 5 diǎn
14:24:00
Après-midi
14:48:00
Après-midi 1 diǎn
15:12:00
Après-midi 2 diǎn
15:36:00
Après-midi 3 diǎn
16:00:00
Après-midi 4 diǎn
16:24:00
Après-midi 5 diǎn
16:48:00
Soir
17:12:00
Soir 1 diǎn
17:36:00
Soir 2 diǎn
18:00:00
Evening 3 diǎn
18:24:00
Soir 4 diǎn
18:48:00
Soir 5 diǎn
19:12:00
Yīgēng
19:36:00
Yīgēng 1 diǎn
20:00:00
Yīgēng 2 diǎn
20:24:00
Yīgēng 3 diǎn
20:48:00
Yīgēng 4 diǎn
21:12:00
Yīgēng 5 diǎn
21:36:00
Èrgēng
22:00:00
Èrgēng 1 diǎn
22:24:00
Èrgēng 2 diǎn
22:48:00
Èrgēng 3 diǎn
23:12:00
Èrgēng 4 diǎn
23:36:00
Èrgēng 5 diǎn
Gēng 00:00:00
Sāngēng
02:24:00
Sìgēng
04:48:00
Wǔgēng
07:12:00
Matin
09:36:00
Milieu de matinée
12:00:00
Midi
14:24:00
Après-midi
16:48:00
Soir
19:12:00
Yīgēng
21:36:00
Èrgēng
Kè (kè majeurs seulement) 00:00:00 00:14:24 00:28:48 00:43:12 00:57:36 01:12:00 01:26:24 01:40:48 01:55:12 02:09:36 02:24:00 02:38:24 02:52:48 03:07:12 03:21:36 03:36:00 03:50:24 04:04:48 04:19:12 04:33:36 04:48:00 05:02:24 05:16:48 05:31:12 05:45:36 06:00:00 06:14:24 06:28:48 06:43:12 06:57:36 07:12:00 07:26:24 07:40:48 07:55:12 08:09:36 08:24:00 08:38:24 08:52:48 09:07:12 09:21:36 09:36:00 09:50:24 10:04:48 10:19:12 10:33:36 10:48:00 11:02:24 11:16:48 11:31:12 11:45:36 12:00:00 12:14:24 12:28:48 12:43:12 12:57:36 13:12:00 13:26:24 13:40:48 13:55:12 14:09:36 14:24:00 14:38:24 14:52:48 15:07:12 15:21:36 15:36:00 15:50:24 16:04:48 16:19:12 16:33:36 16:48:00 17:02:24 17:16:48 17:31:12 17:45:36 18:00:00 18:14:24 18:28:48 18:43:12 18:57:36 19:12:00 19:26:24 19:40:48 19:55:12 20:09:36 20:24:00 20:38:24 20:52:48 21:07:12 21:21:36 21:36:00 21:50:24 22:04:48 22:19:12 22:33:36 22:48:00 23:02:24 23:16:48 23:31:12 23:45:36
Shí (après les Tang) 00:00:00
Zǐ initial
01:00:00
Zǐ central
02:00:00
Chǒu initial
03:00:00
Chǒu central
04:00:00
Yín initial
05:00:00
Yín central
06:00:00
Mǎo initial
07:00:00
Mǎo central
08:00:00
Chén initial
09:00:00
Chén central
10:00:00
Sì initial
11:00:00
Sì central
12:00:00
Wǔ initial
13:00:00
Wǔ central
14:00:00
Wèi initial
15:00:00
Wèi central
16:00:00
Shēn initial
17:00:00
Shēn central
18:00:00
Yǒu initial
19:00:00
Yǒu central
20:00:00
Xū initial
21:00:00
Xū central
22:00:00
Hài initial
23:00:00
Hài central
Shí (ancient) 00:00:00
Zǐshí
01:00:00
Chǒushí
03:00:00
Yínshí
05:00:00
Mǎoshí
07:00:00
Chénshí
09:00:00
Sìshì
11:00:00
Wǔshí
13:00:00
Wèishí
15:00:00
Shēnshí
17:00:00
Yǒushí
19:00:00
Xūshí
21:00:00
Hàishí
23:00:00
Zǐshí

Bien sur, la durée de la nuit varie pendant l’année. Le 19ème volume du Livre des Sui indique qu’au solstice d’hiver une journée est constituée de 60% de nuit contre 40% au moment du solstice d’été.

Le début “officiel” de la nuit varie donc de 0 à 1 gēng. Cette variation a été traitée de différentes manières au cours des ages. Sous les Han de l’Ouest, de 206 avant JC à 102 après JC, yīgēng a été reculé d’un kè tous les 9 jours, du solstice d’hiver au solstice d’été, et avancé d’un kè tous les 9 jours, du solstice d’été au solstice d’hiver.

Le calendrier Xia (夏历; 夏曆), introduit en 102 après JC, ajoute ou soustrait un kè au début de la nuit lorsque le soleil se déplace de 2,5 ° au nord ou au sud de sa position précédente.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.