Détection et mesure de l’échange d’énergie cardiaque entre les personnes

Source : “The Electricity of Touch: Detection and measurement of cardiac energy exchange between people” par Rollin McCraty, PhD, Mike Atkinson, Dana Tomasino, BA et William A. Tiller, PhD

J’insiste toujours lors de mes formations sur l’importance de maintenir des relations bienveillantes, empathiques entre les participants. Je parle souvent de cohérence interne induite par un sentiment d’Amour fraternel et la pratique commune d’une activité comme la méditation ou le Qi Gong. Enfin, j’insiste régulièrement sur la nécessité de l’intention et du contact lors des soins. Voici des extraits choisis d’une étude scientifique menée en 2017 par des chercheurs américains. Sublime …

Résumé

L’idée qu’un échange d’énergie quelconque se produise entre individus est un thème central dans de nombreuses méthodes de guérison. La science occidentale a souvent contesté ce concept en raison de l’absence d’un mécanisme plausible pour expliquer la nature de cette énergie ou la manière dont elle pourrait affecter ou faciliter le processus de guérison.

Le fait que le cœur génère le champ électromagnétique le plus puissant produit par le corps, associé à la découverte récente que ce champ devient plus cohérent lorsque l’individu passe à un état d’amour sincère ou attentionné, nous incite à examiner la possibilité que le champ généré par le cœur peut contribuer de manière significative à cet échange d’énergie.

Nous présentons un échantillon de résultats qui fournissent une preuve qu’un échange d’énergie électromagnétique produite par le cœur se produit lorsque des personnes se touchent ou se trouvent à proximité. Le signal de l’électrocardiogramme (ECG) d’une personne est enregistré dans l’électroencéphalogramme (EEG) d’une autre personne et ailleurs sur le corps de cette dernière. Bien que ce signal soit le plus fort lorsque les personnes sont en contact, il est toujours détectable lorsque les sujets se trouvent à proximité, sans contact.

Cette étude représente l’une des premières tentatives réussies de mesurer directement un échange d’énergie entre des personnes et fournit une théorie solide et vérifiable pour expliquer les effets observés de nombreuses modalités de guérison fondées sur l’hypothèse qu’un échange d’énergie a lieu.

La résonance stochastique non linéaire est discutée en tant que mécanisme par lequel des champs électromagnétiques faibles et cohérents, tels que ceux générés par le cœur d’un individu dans un état attentionné, peuvent être détectés et amplifiés par un tissu biologique et produire potentiellement des effets mesurables dans des systèmes vivants.

Une des implications est que les effets des techniques thérapeutiques impliquant un contact ou une proximité entre praticien et patient pourraient être amplifiés si les praticiens adoptaient consciemment une attitude bienveillante, introduisant ainsi une cohérence accrue dans leur champ cardiaque.

Introduction

De nombreuses méthodes de guérison soulignent l’importance de l’attitude ou de l’intention du praticien dans la potentialisation du processus de guérison. L’importance de l’intention a été démontrée dans plusieurs études dont une réalisée dans notre laboratoires. En outre, nous avons précédemment montré que l’état émotionnel d’une personne affectait directement la cohérence du champ électromagnétique généré par le cœur et que des sentiments sincères d’appréciation, d’amour ou de soin produisaient une cohérence accrue du système du cardiaque. Ceci est particulièrement important, car le cœur génère le champ électromagnétique le plus puissant produit par le corps. Il est mesurable à distance à l’aide de magnétomètres et de détecteurs électrostatiques sensibles.

Les schémas d’énergie électromagnétique produits par le cœur humain lorsqu’un individu se trouve dans un mode de cohérence interne, état atteint lorsqu’il ressent un amour sincère, sont un exemple clair de champ électromagnétique cohérent basse fréquence.

Les progrès récents dans notre compréhension de l’interaction entre les signaux cohérents et le bruit de fond dans les systèmes non linéaires ont conduit à l’hypothèse que, dans certaines circonstances, ces champs électromagnétiques cohérents et non thermiques sont détectables par les systèmes biologiques au niveau cellulaire et sous-cellulaire. […] Ceci suggère que l’augmentation de la cohérence cardiaque, et donc de l’état émotionnel, peut affecter la fonction cellulaire.

Le fait que le champ électromagnétique (ECG) du cœur puisse être mesuré n’importe où sur la surface et à plusieurs centimètres du corps, associé à la découverte récente que ce champ peut devenir plus cohérent lorsque l’individu passe dans un état sincèrement aimant ou affectueux bienveillant, nous a incités à étudier la possibilité que le champ généré par le cœur humain soit la source de l’énergie échangée entre praticien et patient dans le cadre de nombreuses pratiques de guérison.

Dans une récente publication intitulée “Energy Cardiology”, Russek et Schwartz ont analysé les conséquences de cette découverte dans le contexte de ce qu’ils appellent une “approche dynamique des systèmes énergétiques” pour décrire le cœur en tant que générateur, organisateur et intégrateur d’énergie de premier plan du corps humain.

Exemple 1: se tenir la main

Le but de ces expériences est de vérifier l’hypothèse selon laquelle, lorsque deux personnes se touchent, un échange d’énergie électrique produite par leur cœur se produit.

Lorsque les sujets sont assis à environ 1m l’un de l’autre, il n’y a aucune indication d’un transfert d’énergie entre eux à partir des 250 moyennes utilisées dans ces expériences. Cependant, quand ils se tiennent la main, l’ECG de la source peut être clairement détecté dans le SAW du récepteur.

Exemple 2: orientation de la main

Cette expérience vise à déterminer si le transfert de l’énergie cardiaque, comme observé dans l’exemple 1, est affecté par des changements d’orientation de la tenue de la main du sujet (c’est-à-dire la main gauche de la source tenant la main droite du récepteur par rapport à la main droite de la source tenant le bras gauche du récepteur, etc.).

Des différences mesurables sont été observées dans les transferts d’énergie cardiaque entre les sujets mesurés par l’amplitude du signal ECG de la source apparaissant dans l’enregistrement EEG du récepteur. L’ECG de la source apparaît avec la plus grande amplitude dans la SAW du récepteur lorsque la main droite du récepteur est tenue par la main gauche ou droite de la source. Lorsque la main gauche du récepteur est tenue par la main droite de la source, son ECG est toujours détectable dans le SAW du récepteur, mais à une amplitude un peu inférieure. Enfin, lorsque la main gauche du récepteur est tenue par la main gauche de la source, le signal ECG de la source n’était pas détecté dans le SAW du récepteur.

Exemple 3: porter un gant

L’ECG de la source peut être clairement détecté sur le bras droit du récepteur lorsque aucun des sujets ne porte de gant. Lorsque la source porte un gant en latex, le signal ECG de la source est toujours présent dans le SAW du récepteur mais la force du signal est environ dix fois plus faible.

Exemple 4: toucher léger

Le but de cette expérience est de déterminer si le signal peut être transféré par une source touchant légèrement le corps du récepteur à différents endroits. Dans cette expérience, le récepteur est allongé sur le dos, sur une table de massage, tandis que la source se tient à côté de la table. Trois essais distincts ont été réalisés: dans le premier cas, la source a placé légèrement sa main droite sur le front du récepteur; dans le second cas, il pose légèrement sa main droite sur le ventre du récepteur; lors du troisième essai, la source place une main sur le front du récepteur et l’autre sur son ventre.

Dans les trois essais, le signal ECG de la source est clairement détectable dans le récepteur SAW des deux bras; cependant, le signal mesuré sur le bras droit du récepteur est toujours 5 fois plus grand que le signal capté sur le bras gauche.

Exemple 5 : proximité sans contact

Comme nous savons que le signal cardiaque est émis à l’extérieur du corps, nous avons cherché à déterminer si ce signal est détecté par le récepteur lorsque les sujets ne se touchent pas. Nous avons pu détecter un signal sur les bras du récepteur. Cependant, il existe un décalage de phase de 10 ms entre l’ECG de la source et l’apparition du signal sur les électrodes situées sur les bras du récepteur.

Discussion

Les données présentées ici montrent clairement que lorsque des personnes se touchent ou se trouvent à proximité, il se produit un transfert de l’énergie électromagnétique produite par le cœur. Cet échange d’énergie a été mis en évidence par l’enregistrement du pic d’onde R de l’électrocardiogramme d’un individu à différents endroits de la surface du corps d’une autre personne. Le transfert du signal semble dépendre de la distance entre les individus et comme on pourrait s’y attendre si le signal transféré est de nature électromagnétique.

Une réponse biologique à un champ appliqué de manière externe implique que le champ provoque dans le système des modifications plus importantes que celles dues à des événements aléatoires fluctuants, ou «bruit» de fond.

La théorie linéaire traditionnelle prédit que les champs électromagnétiques d’extrêmement basse fréquence tels que ceux émis par le cœur humain, ne peuvent pas générer suffisamment d’énergie pour dépasser la limite du “bruit thermique” et affecter les tissus biologiques. Cependant, un certain nombre d’expériences ont révélé des réponses cellulaires à des amplitudes de champ électrique bien inférieures aux estimations théoriques de l’intensité minimale de champ requise pour dépasser la limite de bruit thermique dans ces systèmes.

Nous proposons que, grâce à la moyenne des signaux cellulaires et à la résonance stochastique non linéaire, le champ cardiaque du thérapeute, enregistré par le patient puisse être amplifié de manière à produire des effets significatifs.

Plus un signal de champ faible devient cohérent, plus il devient capable d’influencer le bruit ambiant et ainsi de produire des effets sur les tissus biologiques. Des recherches récentes ont montré que le champ électromagnétique du cœur diminue en cohérence électrique à mesure qu’un individu se fâche ou devient frustré et augmente en cohérence à mesure qu’une personne passe à des états émotionnels tels que l’amour sincère, la sollicitude ou l’appréciation.

Les résultats préliminaires indiquent en outre que les personnes qui augmentent intentionnellement leur cohérence cardiaque en maintenant un état focalisé d’amour sincère ou d’appréciation peuvent induire des modifications de la structure de l’eau et de l’état conformationnel de l’ADN.

Une implication évidente, si la résonance stochastique de ce modèle est valable, c’est que les techniques thérapeutiques impliquant le contact ou la proximité entre praticien et patient pourraient être amplifiées si les praticiens adoptaient une attitude bienveillante et apportaient ainsi une cohérence accrue à leur champ cardiaque.

Cela peut expliquer pourquoi de nombreuses pratiques de guérison ont pour principe fondamental que les effets thérapeutiques du traitement dépendent de l’intention du praticien d’aider ou de guérir le patient.

Il n’est pas surprenant que nombre des modalités de guérison mentionnées ci-dessus insistent non seulement sur le fait que le praticien a l’intention de guérir, mais aussi sur l’établissement d’une relation mutuellement attentive entre le praticien et le patient.

Si le champ électromagnétique généré par notre cœur a effectivement la capacité d’affecter de manière significative les personnes qui nous entourent, ses implications s’étendraient bien au-delà des interactions entre guérisseurs et patients.

On a longtemps observé que nos émotions pouvaient affecter ceux qui se trouvaient à proximité. La preuve que le champ cardiaque change avec différentes émotions vécues, combinée à la conclusion que ce champ est enregistré physiologiquement par ceux qui nous entourent, fournit la base d’un mécanisme possible pour décrire l’impact de nos émotions sur les autres à un niveau physiologique de base.

En outre, si le toucher, comme nous l’avons montré, facilite cet échange d’énergie cardiaque entre individus, cela donnerait un sens nouveau et plus précis au concept de toucher, premier et plus fondamental moyen de communication et facilitateur des interactions humaines.

Commentaires

  1. Ruben A.Villaverde says:

    Excelente trabajo. El Universo es energía. En mi libro teorizo que el espacio es energía y esa energía es la naturaleza del fenómeno gravitacional.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.