De la différence entre les canaux et les collatéraux

Douze méridiens se distribuent profondément dans les muscles, on ne peut pas les voir. La seule partie qui se montre à l’extérieur est sur le méridien Zu Taiyin au-dessus de la malléole médiale. Les méridiens que l’on peut voir s’appellent les collatéraux.

Leigong demanda : Quelle est la différence entre les méridiens et les collatéraux?

Les méridiens se répartissent profondément dans le corps, et leur état d’excès ou de déficience se manifeste sur le pouls de Cunkou. Les méridiens que l’on peut voir sont les collatéraux.

Ling Shu chapitre 10

Huangdi demanda : Pourquoi les collatéraux apparaissent-ils de cinq couleurs différentes: bleu, jaune. rouge, blanc et noir?

Qibo répondit : Chaque canal a sa propre couleur, mais la couleur des collatéraux est variable.

Huangdi demanda : Quelle est la couleur normale de chaque canal ?

Qibo répondit : Selon la théorie des cinq éléments, cinq couleurs différentes correspondent aux cinq Zang; le Cœur avec le rouge, le Poumon avec le blanc, la Rate avec le jaune, le Foie avec le vert, et le Rein avec le  noir. La couleur du canal correspond à son organe , par exemple, la couleur du canal du cœur est rouge.

Huangdi demanda : Est-ce que la couleur des collatéraux Yin / Yang correspond à son canal associé?

Qibo répondit : La couleur d’un collatéral Yin est la même que celle de son méridien associé. La couleur des collatéraux Yang change en fonction ou suivant les changements des quatre saisons. La couleur du collatéral est bleue et noire en hiver. La couleur du collatéral est jaune et rouge en été. Ce sont les couleurs normales des collatéraux présentes dans des conditions atmosphériques normales. Une condition anormale d’un collatéral se manifeste par la présence des cinq couleurs différentes en même temps.

Su Wen Chapitre 57

Les différences entre canaux et collatéraux peuvent être résumées en trois points.

  1. Les canaux se répartissent profondément à l’intérieur du corps tandis que les collatéraux se distribuent superficiellement.
  2. L’état des canaux peut être perçu à travers le pouls de Cunkou mais pas l’état des collatéraux.
  3. La couleur des méridiens correspond à leur organe respectif. La couleur des collatéraux Yin est la même que celle de son méridien. La couleur des collatéraux Yang change selon la saison.

Même si les canaux et les collatéraux présentent les différences ci-dessus, ils ont néanmoins des fonctions similaires. Les canaux et les collatéraux transportent Qi / Xue. En fait, les collatéraux sont des branches superficielles des canaux.

Diagnostique et traitements des collatéraux

Une couleur bleue du collatéral indique le froid et la douleur tandis qu’une couleur rouge indique la chaleur (ce changement de couleur ne suit pas le changement des saisons).

Un collatéral bleu à l’éminence thénar du pouce indique un froid dans l’Estomac; un collatéral rouge à l’éminence thénar du pouce indique une chaleur dans l’Estomac, un collatéral noir à l’éminence thénar du pouce indique un syndrome bi chronique.

Si l’éminence thénar du pouce est rouge, noire et bleue à la fois, cela indique la présence d’un Qi pathologique de chaleur et de froid (cas complexe).

Piquer les collatéraux là où ils sont tordus (où la couleur ou l’apparence est anormale).

Piquez les collatéraux pour dissiper le Qi pathogène quand il attaque les collatéraux. Sinon, le Qi pathogène provoquera un syndrome Bi.

Ling Shu chapitre 10

Il est rare de nos jours de voir les praticiens poser un diagnostic basé sur la couleur des collatéraux. 

Le traitement pour le dysfonctionnement des collatéraux est de «piquer pour faire saigner» et les endroits à piquer et saigner sont là où les collatéraux sont “tordus” c’est à dire là où on observe un changement dans la couleur du collatéral. Comme les vaisseaux de liaison sont relativement superficiels, les techniques pour les traiter sont superficielles.

En cas d’excès on peut observer un gonflement là où les collatéraux se séparent du méridien ou là où se trouve le point de liaison des quinze collatéraux, en cas de déficience on observe un affaissement dans la même zone. Il est à noter que l’emplacement des collatéraux peut varier d’une personne à l’autre.

Ling Shu chapitre 10

Comme mentionné plus haut la différenciation entre l’excès et la déficience des quinze collatéraux dépend des symptômes; cependant on nous indique aussi que l’excès et la déficience peuvent également être diagnostiqués en examinant l’apparence des collatéraux : on examine l’emplacement du point de liaison Luo, ou l’emplacement au-dessus et au-dessous du point. 

Un “gonflement” indique l’excès tandis qu’un “affaissement” indique la déficience.

Collatéral LUO Excès Déficience Traitement
Shou Tai Yin Sensation de chaleur dans les paumes Bâillements, mictions fréquentes Lie Que P7
Shou Shao Yin Sensation de pression contre le diaphragme Impossibilité de parler Tong Li C5
Shou Jue Yin Angine de poitrine Bouleversement émotionnel Nei Guan Pc6
Shou Tai Yang Flaccidité de l’articulation du coude Verrues qui ressemblent à la gale Zhi Zheng IG7
Shou Yang Ming Surdité Sensation de froid dans les dents, sensation de blocage dans la zone du diaphragme Bian Li GI6
Shou Shao Yang Contracture de l’articulation du coude Flaccidité de l’articulation du coude Wai Guan SJ5
Zu Tai Yang Nez bouché, douleur de la tête et du dos Épistaxis Fei Yang VB58
Zu Shao Yang Froid extrême Faiblesse des jambes Guang Ming VB37
Zu Yang Ming Maniaquerie Flaccidité et atrophie des muscles des jambes Feng Long E40
Zu Tai Yin Douleur abdominale Ballonnements abdominaux Gong Sun Rte4
Zu Shao Yin Dysurie Douleur du dos Da Zhong R4
Zu Jue Yin Flaccidité du pénis Démangeaisons soudaines de la zone génitale Li Gou F5
Du Convulsions Sensation de lourdeur de la tête Chang Qiang Du1
Ren Douleur de la peau de l’abdomen Démangeaisons de l’abdomen Jiu Wei Ren15
Grand Luo de la Rate Douleurs généralisées Flaccidité de toutes les articulations Da Bao Rte21

La différenciation des quinze collatéraux dépend à la fois des symptômes et des observations.

Le Nèi Jīng explique que les vaisseaux liaisons ont pour fonction de favoriser les connexions entre les méridiens principaux yīn et yáng.

Le Nèi Jīng utilise le même terme luò (络) pour décrire les petits vaisseaux, capillaires qui apparaissent à la surface de la peau.

Les liaisons expriment en superficie la relation biǎo/lǐ. Le vaisseau de liaison du canal de l’estomac par exemple, E 40 (fēng lóng 丰隆) se connecte au canal régulier du pancréas.

Le Ling Shu ne précise pas où aboutissent les vaisseaux de liaison. Il est communément admis qu’ils atteignent le canal apparié yin-yang au niveau du point yuán et de nombreuses méthodes de poncture combine ces deux catégories de points. (Voir mon article : https://medecinechinoiseclassique.fr/les-combinaisons-yuan-luo-du-point-de-vue-du-ling-shu )

Les vaisseaux de liaisons constituent la latitude, les canaux principaux forment la longitude.

Le dr Wan Ju Yi dit que les liaisons correspondent à une microcirculation qui diffuse qi et sang autour des trajets des canaux principaux. Les vaisseaux de liaison connectent les canaux appariés dans la relation biǎo/lǐ, mais ils le font à travers la micro-circulation du qì et du sang dans les capillaires. Ils favorisent en réalité la micro-circulation autour des trajets des canaux principaux. C’est pourquoi ces points sont particulièrement utile quand une pathologie impliquent divers systèmes, divers organes simultanément.

Les capillaires transportent le sang oxygéné des artères dans les tissus puis dans les veines. Ces espaces entre les artères et les veines où se trouvent les capillaires sont les espaces où circulent les canaux d’acupuncture et sont un lieu d’accumulation de toxines.

A partir de la dynastie Zhou 1046 – 256 avant JC, le bronze est largement utilisé dans la confection de la plupart des ustensiles de cuisine. Des récipients en bronze sont utilisés pour la cuisson, le stockage des aliments, les sacrifices. Pour faciliter la fabrication de ces objets, on y ajoute du plomb qui rend le métal plus malléable mais qui est toxique et qui provoque des intoxications chroniques en se stockant dans les organes, les tissus, le sang. Une grande quantité de plomb se dépose dans les zones d’échanges des capillaires, là où la circulation du flux sanguin est la plus lente et la résistance vasculaire est la plus grande.

Les anciens chinois utilisent une technique de grattage appelée “guasha” pour traiter les maladies et se désintoxiquer. Frotter la peau avec un grattoir d’argent, d’or ou de cuivre fait apparaître de longues lignes noires sur la surface de la peau par un effet d’électrolyse (c’est à dire une réaction chimique entre un métal noble comme l’argent ou l’or et le plomb présent dans les tissus produite en présence d’un courant électrique).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.