Technique d’acupuncture de la famille Tung Ching Chang 董景昌 (Dǒng Jǐngchāng)

Je voudrais vous parler du livre “Technique d’acupuncture de la famille Tung Tung Ching chang 董景昌 (Dǒng Jǐngchāng)” écrit par Nicolas Berger. Pour commencer cet ouvrage est remarquable à plus d’un titre. Il est d’abord très bien construit. Il présente un contenu pertinent et surtout fidèle aux ouvrages publiés en chinois et en anglais en 1968, 1972 et 1973, agrémenté de quelques réflexions personnelles sur lequel je reviendrai plus tard. Cet ouvrage de 600 pages environ est clairement le fruit d’un travail de recherche considérable et va sans aucun doute devenir à juste titre, une référence absolue puisqu’il réunit l’ensemble …

Continuer la lecture

經筋 Jīng jīn, fascias et tenségrité

L’étude de l’anatomie permet de comprendre la pertinence de l’acupuncture du point de vue structurel. Le sujet idéal pour commencer cette étude est la dynamique des fascias. Le fascia est un type de tissu conjonctif composé principalement de collagène. Il est présent dans toutes les structures le corps : les os, les muscles, les artères, les veines et les organes. Le fascia enveloppe absolument tout, il fournit un soutien pour les tissus et les organes tout en séparant les différents composants structurels individuels de l’ensemble. Cette structure complexe assure l’intégrité du corps et l’ interconnexion de toutes ses parties. On …

Continuer la lecture

Les astronomes résolvent le mystère de l’origine du calendrier chinois ?

Deux astronomes ont découvert une date de conjonction du soleil, de la lune et des cinq planètes qui pourrait correspondre à l’origine du calendrier chinois. D’après eux, en 1953 avant JC tous ces corps céleste s’alignent à l’aube dans le ciel et offrent ainsi une excellente date pour définir l’origine des temps du calendrier chinois. Une conjonction des cinq planètes se produisant à l’aube, au moment de la nouvelle lune et du début du printemps, serait effectivement un évènement astronomique marquant, qui pourrait être considéré comme le début de tous les cycles.  Un tel moment serait également un point de …

Continuer la lecture

Ying xiang 迎香

Le [point] Ying xiang (20GI) qui s’appelle aussi Chong yang se situe au-dessus du [point] He liao (19GI) à côté de la narine. On le puncture à 0,3 pouce de profondeur.JIAYI JING III-10 « LES TRENTE-NEUF POINTS DU VISAGE » Le méridien de l’estomac, yangming de pied, commence au nez, se croise avec son homologue au milieu de la racine du nez et, de [chaque] côté, se lie au méridien taiyang.LINGSHU CHAPITRE 10 « LES MÉRIDIENS (經脈 JINGMAI) / JIAYI JING II-1 (1) : « LES DOUZE MÉRIDIENS, LES LUO ET LES BRANCHES DISTINCTES »

Continuer la lecture

Zhong wan 中脘

Le [point] Zhong wan (12VC), qui s’appelle aussi Tai cang, est le [point] mu de l’estomac. Il se situe à un pouce au-dessous du [point] Shang wan (13VC) et à mi-distance entre l’appendice xiphoïde et l’ombilic*. On le puncture à 1,2 pouce de profondeur et on y fait sept cônes de moxa.Jiayi jing III-19 : « Les quinze points de l’abdomen qui descendent le renmai du [point] Jiu wei (15VC) jusqu’au [point] Hui yin (1VC) » * Le Jiujuan dit : de l’appendice xyphoïde (heyu) jusqu’au nombril, il y a huit pouces ; le [point] Tai cang se situe au milieu, c’est à dire à quatre …

Continuer la lecture