Articles

Blog

Divers

Ziweiyuan “l’enclos pourpre interdit”

Sous les Han, le Ciel est divisé symboliquement en trois sections : les trois enceintes, les cinq palais, les quatre images et leurs 28 xiu (ou demeures lunaires).

Nous commencerons notre exploration du Ciel des Han par étudier les trois enceintes, des petites zones du ciel, chacune délimitée par deux chaînes d’étoiles. Elles sont:
• Ziweiyuan, l’enclos pourpre interdit
• Taiweiyuan, le palais suprême ou suprême
Enceinte de subtilité
• Tianshiyuan, l’enceinte du marché céleste.

Ziweiyuan est une zone de la région circumpolaire entourée de deux côtés par des chaînes d’étoiles.

Lire la suite de “Ziweiyuan “l’enclos pourpre interdit””
Divers

TIAN GAN DI ZHI – Applications cliniques fondamentales (1ère…

Les troncs célestes et les branches terrestres de chaque année devraient être établies en premier … ensuite, la circulation des (5 éléments) peuvent être déterminée, puis les changements (des 6 qi) peuvent être identifiés.
Par conséquent, la voie du ciel peut devenir visible, l’énergie du peuple peut être régulée, le yin et le yang peuvent devenir intelligibles, de sorte que toute la théorie deviendra quelque chose de proche de nous.

Su wen, Ch. 71

Dans ce court passage, Qi Bo explique que, par le biais des troncs et des branches, on étudie les interrelations complexes entre les 6 divisions, les 5 éléments, les organes et les méridiens de manière si complète que la “théorie entière” s’illumine soudainement. On est alors capable de créer des traitements équilibrés et puissants basés sur les principes taoïstes appliqués à la théorie médicale.

Lire la suite de “TIAN GAN DI ZHI – Applications cliniques fondamentales (1ère partie)”
361 points

Qu ze 曲澤

Sources : Ling Shu et Zhen Jiu Jia Yi Jing, traductions C. Milsky et G. Andrès

[Le point] Qu ze (3MC) [se situe] dans le creux de la face interne du coude, que l’on trouve en pliant le bras.
[Le souffle du cœur] entre dans [le point] Qu ze (3PC) […] C’est le [point] he.

Lingshu chapitre 2 : « Les points shu des quatre membres »

Le [point] Qu ze (3PC) c’est l’eau. Il se situe dans un creux sous la face interne du coude. On le trouve en faisant plier le coude. On le puncture à 0,3 pouce de profondeur1 et on laisse l’aiguille pendant 7 expirations. On y fait 3 cônes de moxa.

Là entre le méridien (脈 mai) ministre du cœur de main, c’est le [point] he.

Jiayi jing III-25 : « Les seize points du ministre du cœur, jueyin de main, aux membres supérieurs »
Lire la suite de “Qu ze 曲澤”
Divers

Yang Sheng 養生 – Les outils du véritable changement…

Ne dites jamais « Non », « Je ne peux pas », car vous êtes illimité. Même le temps et l’espace ne sont rien au regard de votre nature. Vous pouvez faire tout ce que vous souhaitez, vous êtes tout-puissant.

Swami Vivekananda

Chaque être humain possède un potentiel naturel illimité (pouvoir de guérir, de communiquer à distance, de créer, etc…). Notre extrême rationalité, essentiellement construite sur la base d’une éducation limitante et nos références socio-culturelles, nous ampute d’une grande partie de ce potentiel et bride notre pouvoir créateur.

Lire la suite de “Yang Sheng 養生 – Les outils du véritable changement (1ère partie)”
Divers

Listes des points des 14 canaux principaux

shǒu tài yīn 手太阴 (canal du poumon)

1 Poumon (1P) = Zhong Fu = résidence centrale = ***

2 Poumon (2P) = Yun Men = Porte des nuages = ******

3 Poumon (3P) = Tian Fu = résidence céleste = ****

4 Poumon (4P) = Xia Bai = Prouesse = ****

5 Poumon (5P) = Chi Ze = marais du coude = *****

6 Poumon (6P) = Kong Zui = Trou suprême = ***

7 Poumon (7P) = Lie Que = séquence brisée = ****

8 Poumon (8P) = Jing Qu = A travers la canal = ***

9 Poumon (9P) = Tai Yuan = grand abîme = **

10 Poumon (10P) = Yu Ji = Bord du poisson = *

11 Poumon (11P) = Shao Shang = Marchand bailleur = *

Lire la suite de “Listes des points des 14 canaux principaux”
361 points

Shen men 神門

Sources : Ling Shu et Zhen Jiu Jia Yi Jing, traductions C. Milsky et G. Andrès

Le [point] Shen men (7C) c’est la terre. Il s’appelle aussi Dui chong (ou Rui zhong) et Zhong du. Il se situe en arrière en arrière de la paume à l’extrémité de la styloïde cubitale.

On le puncture à 0,3 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant sept expirations. On y fait trois cônes de moxa.

Jiayi jing III-26 : « Les seize points du shaoyin de main aux membres supérieurs »

Huangdi demanda : Pour puncturer les cinq perturbations, existe t-il des règles ?
Qibo répondit : [Puisqu’] il y a de la régularité dans leur apparition, il y a des règles pour leur élimination. La connaissance de ces règles est [comme] un bijou précieux qu’on porte sur soi […] Si le souffle perturbé se situe dans le coeur, on traite le [point] shu du shaoyin de main et du ministre du coeur2.

Ling Shu chapitre 34 : « Cinq perturbations » et Jiayi jing VI-4 : « Importante discussion sur la conformité1 et la norme, sur l’opposition et le désordre du yin et du yang, du clair et du trouble »
Lire la suite de “Shen men 神門”
361 points

Shao shang 少商

Sources : Ling Shu et Zhen Jiu Jia Yi Jing, traductions C. Milsky et G. Andrès

Le [souffle] du poumon sort au [point] Shao shang (11P) [qui se situe] sur le côté interne du pouce. […] c’est le [point] jing (puits), [son élément] est le bois […] Là sort le méridien (脈 maitaiyin de main.

Lingshu chapitre 2 : « Les points shu des quatre membres » et  Jiayi jing III-24 : « Les dix huit points du taiyin de main aux membres supérieurs »

Le [méridien] du poumon sort au [point] Shao shang (11P). Le [point] Shao shang (11P) c’est le bois. Il se situe sur le bord interne de l’extrémité du pouce de la main, distant de l’angle de l’ongle [de la largeur] d’une feuille d’échalote (韭 jiu)1. On le puncture à 0,1 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant une expiration. On y fait un cône de moxa.

Jiayi jing III-24 : « Les dix huit points du taiyin de main aux membres supérieurs »
  1. Il s’agit d’une échalote chinoise (Allium tuberosum rottler) aux feuilles étroites (environ 0,1 pouce).
Lire la suite de “Shao shang 少商”
361 points

Zhong fu 中府

Sources : Ling Shu et Zhen Jiu Jia Yi Jing, traductions C. Milsky et G. Andrès

Le [point] Zhong fu (1P) est le [point] mu1 du poumon. On l’appelle aussi Ying zhong shu. Il se situe à un pouce au-dessous du [point] Yun men (2P) dans un creux [situé] trois espaces intercostaux au-dessus du mamelon2, [là où] l’on sent battre une artère sous la main. On le localise en position en position couchée sur le dos.

On le puncture à 0,3 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant cinq expirations. On y fait cinq cônes de moxa.

C’est [un point] de rencontre (會 hui) du taiyin de main et de pied.

Jiayi jing III-17 : « Les douze points qui descendent de chaque côté de la poitrine à partir du [point] Yun men (2P), situé latéralement à 2 pouces du [point] Qi hu (13E), jusqu’au [point] Shi douleur (17Rt) »
Lire la suite de “Zhong fu 中府”
361 points

Hun men 魂門

Sources : Ling Shu et Zhen Jiu Jia Yi Jing, traductions C. Milsky et G. Andrès

Dans les douleurs précordiales, il faut piquer [sous] la 9ème vertèbre ; si [la douleur] ne s’arrête pas, il faut appuyer [après la] puncture, elle s’arrêtera immédiatement. Sinon, [il faut] essayer plus haut et plus bas ; dès qu’on obtient le résultat, on s’arrête immédiatement.

Lingshu chapitre 26 : « Maladies diverses »

D’après Zhang shi : « Le point en dehors de la 9ème vertèbre désigne Hun men (V47) […] Le hun (âme végétative) de l’organe foie et le shen (mental) de l’organe cœur se suivent et exécutent les mouvements d’entrée et de sortie. C’est pourquoi il est conseillé de puncturer Hun men (47V) pour aérer l’énergie du cœur. Masser avant de puncturer et masser de nouveau après avoir puncturé sont des gestes de conduction et d’aération de l’énergie permettant de guérir les douleurs du cœur ».

Lire la suite de “Hun men 魂門”
Divers

Le Qi Gong comme voie spirituelle

Le véritable art est toujours un art invisible.

Dois-je réaffirmer ici que le Qi Gong est une des branches thérapeutiques de la médecine Chinoise ? Les réseaux de circulation du Qi dans le corps sont les mêmes qu’en acupuncture. Le Qi Gong est basé sur les mêmes théories énergétiques du corps que la médecine chinoise. Une compréhension approfondie de ces théories et de ces circuits est donc nécessaire pour une pratique personnelle avertie, pour l’enseignement, pour la prescription d’exercices appropriés dans le traitement de certains troubles physiques ou psychosomatiques etc.

Il faut respecter la théorie des méridiens. Le mouvement est effectué selon le trajet du méridien et le point d’acupuncture. Il faut respecter la théorie du YIN et du YANG et des Wu Xing.

MAITRE ZHANG GUANG DE
Lire la suite de “Le Qi Gong comme voie spirituelle”