Articles

Blog

361 points

Guang ming 光明

Sources : Ling Shu et Zhen Jiu Jia Yi Jing, traductions C. Milsky et G. Andrès

Le luo (別 bie) de shaoyang de pied s’appelle Guang ming (37VB). Il se sépare à cinq distances au-dessus de la malléole pour aller au jueyin et descend parallèlement au méridien pour établir une liaison (絡 luo) sur le dessus du pied.

On le puncture à 0,6 pouces de profondeur, pendant sept expirations. On y fait cinq cônes de moxa.

Jiayi jing II-1 (2) et III-34 : « Les douze méridiens, les luo et les branches distinctes »
Lire la suite de “Guang ming 光明”
Retour aux sources

《針灸大成•百症賦》《聚英》 Zhēn Jiǔ Dà Chéng • Bǎi Zhèng Fù…

L’Ode des cent maladies1 du Grand Compendium d’Acupuncture-Moxibustion2 (tiré du Zhēn Jiǔ Jù Yīng)3 traduit du chinois par Lorraine Wilcox L.Ac.

  1. Une ode (賦 fù) est une œuvre de prose rimée ou de prose poétique. L’ancien chinois codait l’information dans la poésie et la prose rythmique pour la rendre plus facile à mémoriser. Cette ode ne rime généralement pas et change de rythme en permanence. Cependant, dans le but de la rendre concis et rythmé, l’auteur d’origine a ajouté ou omis des mots. Ces mots de “remplissage” et de “connexion” ont peu d’importance et sont souvent difficiles à traduire. De ce fait, ma traduction est aussi précise que possible concernant les termes techniques (indications et points), mais peut avoir modifié les mots non techniques pour rendre le français plus facile à lire.
  2. 《針灸大成》 Le Grand Compendium d’Acupuncture-Moxibustion – Zhēn Jiǔ Dà Chéng, de Yáng Jìzhōu, publié en 1601 (Míng). Ce texte est tiré du volume 2.
  3. 《針灸聚英》 Compilation d’éminents acupuncteurs, le Zhēn Jiǔ Jù Yīng, de 武 Gāo Wǔ, est publiés en 1529 (Míng). Cette ode a été enregistrée pour la première fois dans le volume 4 de Jù Yīng, qui indique que l’auteur est inconnu. Un certain nombre d’erreurs typographiques apparentes dans le texte de Zhēn Jiǔ Dà Chéng ont été corrigées sur la base du texte de Zhēn Jiǔ Jù Yīng.
Lire la suite de “《針灸大成•百症賦》《聚英》 Zhēn Jiǔ Dà Chéng • Bǎi Zhèng Fù (Jù Yīng)”
361 points

Feng fu 風府

Sources : Ling Shu et Zhen Jiu Jia Yi Jing, traductions C. Milsky et G. Andrès

Le [point] Feng fu (16DM), qui s’appelle aussi She ben, se situe à la nuque à un pouce au-dessus du bord des cheveux, dans un creux entre de grands tendons ; dès que l’on parle vite à cet endroit la chair s’élève, dès que l’on se tait la chair s’abaisse.

Il est interdit d’y pratiquer la moxibustion [sous peine] de rendre le patient aphone. On le puncture à 0,4 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant trois expirations.

Jiayi jing III-2 : « Les huit points [situés] sur la ligne médiane qui va du nez à la tête, à partir d’un pouce à l’intérieur des cheveux jusqu’au [point] Feng fu (16VG) »
Lire la suite de “Feng fu 風府”
Divers

Cohérence cardiaque et acupuncture optimale

Le système nerveux végétatif ou autonome

Le système nerveux végétatif ou autonome est constitué de fibres sensitives et motrices et gère automatiquement une grande partie des fonctions de l’organisme, dont la respiration et le rythme cardiaque. Il se compose de deux système antagonistes, le sympathique (ou orthosympathique) et le parasympathique qui agissent à l’aide de médiateurs chimiques en induisant un effet accélérateur sur l’organisme pour le premier et freinateur pour le second.

Lire la suite de “Cohérence cardiaque et acupuncture optimale”
Retour aux sources

Renforcement et réduction par la fermeture rapide ou lente…

Le chapitre 1 du Ling Shu révèle les trois faits très importants suivants concernant la technique de poncture :

(1) «l’application de la technique de poncture dépend de la différenciation du type de maladie. La technique de renforcement est appliquée pour traiter les cas de déficience, la technique de réduction est appliquée pour traiter les cas d’ excès, la saignée des luo superficiels est appliquée pour éliminer la stagnation du sang et la technique de dispersion est utilisée pour traiter les excès de Qi pathogène ».

Lire la suite de “Renforcement et réduction par la fermeture rapide ou lente du point dans le Ling Shu”
Divers

Détection et mesure de l’échange d’énergie cardiaque entre les…

Source : “The Electricity of Touch: Detection and measurement of cardiac energy exchange between people” par Rollin McCraty, PhD, Mike Atkinson, Dana Tomasino, BA et William A. Tiller, PhD

J’insiste toujours lors de mes formations sur l’importance de maintenir des relations bienveillantes, empathiques entre les participants. Je parle souvent de cohérence interne induite par un sentiment d’Amour fraternel et la pratique commune d’une activité comme la méditation ou le Qi Gong. Enfin, j’insiste régulièrement sur la nécessité de l’intention et du contact lors des soins. Voici des extraits choisis d’une étude scientifique menée en 2017 par des chercheurs américains. Sublime …

Lire la suite de “Détection et mesure de l’échange d’énergie cardiaque entre les personnes”
Divers

Les 5 Essences et les 5 Mouvements

La dynamique créatrice du proto-monde (nous avons défini le proto-monde dans un article précédent) est appelée énergie. Cette énergie donne vie aux informations du monde source. C’est pourquoi on l’appelle aussi «énergie vitale».

Le concept indien de Prana, le concept chinois de Qi, le concept japonais de Ki, le concept polynésien de Mana et le concept aryen de Vril, s’adressent à cette force de vie cosmique.

La dualité fondamentale que nous observons dans cette force de vie cosmique est qu’elle augmente et diminue en alternance. Lorsque cette énergie vitale augmente et devient plus forte, on l’appelle Yin. Lorsque cette énergie vitale diminue et devient ainsi plus faible, on l’appelle Yang.

Par définition, l’énergie est le mouvement. L’énergie n’est jamais immobile. L’immobilité appartient au monde de la source. Dans le proto-monde il n’existe que le mouvement de l’énergie. Le mouvement de l’énergie du proto-monde est projeté dans la structure tridimensionnelle du monde des ombres.

Lire la suite de “Les 5 Essences et les 5 Mouvements”
Qigong

L’essence du Qi Gong médical

Environ 380 ans avant notre ère Platon écrit le Politeia, « La République ».  Dans ce livre, Platon relate un dialogue entre son mentor Socrate (470 BCE – 399 BCE) et l’un de ses deux frères nommé Glaucon. Ce dialogue est appelé « Allégorie de la Caverne » et décrit l’essence de notre réalité.

La réalité que nous percevons est comme les ombres que les prisonniers voient sur le mur de la caverne. Ces prisonniers ne peuvent pas tourner la tête pour voir l’origine des ombres. Tout ce qu’ils peuvent voir, ce sont les ombres sur le mur de la caverne, qui sont leur seule réalité.

Lire la suite de “L’essence du Qi Gong médical”
Retour aux sources

La double prise du pouls radial dans le Nan…

Sources : “Japanese Classical Acupuncture – Introduction to Meridian Therapy” par Shudo Denmei *

Selon un dicton attribué à Bian Que, auteur présumé du Nan Jing, celui qui pouvait arriver au diagnostic sans toucher le patient était considéré comme un médecin supérieur alors que celui qui devait se fier à l’examen palpatoire était considéré comme un médecin ordinaire.

Bien que la palpation soit le moyen d’examen le moins sophistiqué selon les classiques, il n’en reste pas moins l’étape du diagnostic la plus importante dans le traitement des méridiens. Les résultats de tous les autres temps de l’examen servent principalement à confirmer ce que nous ressentons au bout des doigts. La palpation est également cruciale pour localiser et traiter les points.

Lire la suite de “La double prise du pouls radial dans le Nan Jing”
Retour aux sources

Qu’est-ce qu’un point d’acupuncture dans le Nei Jing ?

Les points d’acupuncture proviennent de et sont formés par le qi et le sang des canaux …

Su Wen chapitre 59

Huang Di demanda : j’aimerais savoir quels sont les points qui représentent les Zang Fu. Qi Bo répondit : ce sont les 5 points Shu …

Ling Shu, chapitre 1

Il y a 365 points de rencontre aux jonctions des articulations (jie) *. Celui qui en connait l’essentiel peut le dire en une phrase, celui qui n’en connait pas l’essentiel perd complètement tout fil directeur. Ce que l’on appelle les articulations (jie), ce ne sont pas la peau, la chair, les tendons ou les os, mais les endroits où sortent et entrent, cheminent et circulent le souffle et l’esprit.

Líng Shū , chapitre 1

* Le terme « articulations » jié (节) évoque les nœuds d’une tige de bambou, à l’instar des points sur les canaux.

Les points d’acupuncture sont les endroits où le Qi et le Sang jaillissent à la surface du corps. Les points représentent les canaux et les canaux peuvent être considérés comme la source du qi et du sang des points.

Lire la suite de “Qu’est-ce qu’un point d’acupuncture dans le Nei Jing ?”