Articles

Blog

Divers

Comment un grand médecin devrait être formé pour la…

(Traduit par Heiner Fruehauf)

Quiconque aspire à devenir un grand médecin doit être intimement familier avec les classiques suivants: les questions simples (Huangdi neijing suwen), le classique systématique de l’acupuncture et de la moxibustion (Zhenjiu jiayi jing), le classique de l’empereur jaune (Huangdi neijing lingshu) et les lois de la circulation de l’énergie du Hall des Lumières (Mingtang liuzhu).

En outre, il faut maîtriser le système du diagnostic par le pouls des douze canaux, des trois emplacements et des neuf positions, le système des cinq zang six fu, le concept de superficie et d’intérieur, les points, la matière médicale sous la forme des herbes simples, des associations d’herbes, et des formules classiques présentées dans les écrits de Zhang Zhongjing (auteur du Shang zabing lun), de Wang Shuhe (auteur du Maijing), de Ruan Henan (4ème siècle, auteur du Rao Henan yaofang), de Fan Dongyang (308-372, auteur du Fang Fan Dongyang), de Zhang Miao (4ème siècle), de Jin Shao (4ème siècle) et d’autres maîtres.

Lire la suite de “Comment un grand médecin devrait être formé pour la pratique de la médecine d’après Sun Simiao (581-682)”

Retour aux sources

La véritable signification de “De-Qi”

Cet article est basé sur le chapitre 9 du Ling Shu

“Un acupuncteur doit examiner le corps du patient et ses pouls avant de puncturer. Si le pouls du patient est faible et très agité mais que sa forme corporelle est normale, on doit appliquer la méthode de puncture Miu pour rétablir le Qi correct et disperser le Qi pathogène. Au moment de la puncture, l’acupuncteur doit se trouver dans une chambre close avec portes et fenêtres fermées afin de pouvoir se concentrer totalement sur la puncture sans être distrait par aucun bruit.

Puncturer superficiellement et laisser les aiguilles en place ou puncturer superficiellement et de façon oblique pour rétablir les désordres du Shen, prendre bien soin de retirer les aiguilles dès que le Qi est arrivé. Régulariser et harmoniser les déséquilibre du yin et du yang, éviter le perte du Qi correct et les invasions de Qi pathogène pendant le traitement en acupuncture. Voila tous les aspects du De Qi.

L’acupuncture possède des contre-indications. Ne pas puncturer quelqu’un qui vient d’avoir un rapport sexuel; ne pas avoir de rapport sexuel, juste après avoir été puncturé; ne pas puncturer quelqu’un en état d’ébriété; ne pas boire d’alcool après avoir été puncturé; ne pas puncturer quelqu’un en colère; ne pas se mettre en colère après avoir été puncturé; ne pas puncturer quelqu’un après un effort physique important; ne pas s’engager dans des travaux de force après avoir été puncturé; ne pas puncturer quelqu’un qui vient de se restaurer; ne pas se restaurer après avoir été puncturé; ne pas puncturer qulqu’un d’affamé;  ne pas souffrir de la faim après avoir été puncturé; ne pas puncturer quelqu’un qui a soif; ne pas souffrir de la soif après avoir été puncturé.

On doit calmer le patient qui a peur ou qui est effrayé avant de le puncturer. Si le patient vient en calèche laissez-le s’allonger et se reposer le temps qu’il faudrait pour prendre un repas avant de le puncturer. Si un patient vient à pied, laissez-le s’asseoir et se reposer le temps qu’il faudrait pour parcourir 10 lieux avant de le puncturer. 

Un patient se trouvant dans une des 12 situation contre-indiquées mentionnée plus haut, possède un Qi et un Sang instable dans les méridiens (Ying-Qi et Wei-Qi sont temporairement en dysharmonie). Lorsqu’un acupuncteur ne fait pas attention à ces contre-indications et puncture quand même son patient, il transfert alors les maladies situées à l’extérieur du corps vers l’intérieur du corps et vice versa. Le Qi pathogène demeure au lieu d’être dispersé et la condition du patient est sévèrement aggravée : il ressent de la fatigue, la moelle du cerveau est consumée et le corps ne peut plus ni produire ni transporter les liquides organiques. La pratique incorrecte de l’acupuncture est appelée “Shi-Qi”. “

Lire la suite de “La véritable signification de “De-Qi””
Divers

L’acupuncture factice existe-t’elle ?

(Traduction d’un article du Dr Robert Chu)

L’acupuncture factice ou simulée n’existe pas.

Lorsque les chercheurs font des expériences sur l’acupuncture, ils utilisent des points prétendument non traditionnels parce qu’ils pensent que l’acupuncture est un modèle rigide consistant en 12 méridiens et un nombre fixe de points. L’acupuncture simulée est généralement définie par :

  1. un traitement aléatoire, sans rapport avec une condition particulière

  2. une insertion des aiguilles à des emplacements non conventionnels, ou

  3. une acupuncture simulée sans insertion.

Nous allons démontrer que ces protocoles ne peuvent conduire qu’à une impasse tant qu’ils ignorent les véritables concepts de l’acupuncture classique.

Lire la suite de “L’acupuncture factice existe-t’elle ?”

Retour aux sources

Points Shu dorsaux et points Mu antérieurs

Cet article est basé sur le chapitre 51 du Ling Shu et discute des changements historiques concernant les indications des points Mu et Bei Shu.
Les points Bei Shu sont mentionnés pour la première fois au chapitre 59 du Su Wen. Leurs noms, localisations et fonctions ne sont pas discutés avant le chapitre 51 du Ling Shu où seuls les points Bei Shu des 5 zang sont décrits.
Le Su Wen au chapitre 55 dit :” on doit poncturer le point Bei Shu d’un Zang si le Qi pathogène se dirige vers cet organe.”
Le chapitre 47 du Su Wen dit :” le point Bei Shu et le point Mu de la Vésicule Biliaire peuvent être utilisés pour traiter le gout amer du à une déficience de la Vésicule Biliaire.” Cependant, le nom et la localisation de ces points ne sont pas décrits.
Ces passages sont les seuls du Huang Di Nei Jing qui traitent des points Mu et Bei Shu.

Lire la suite de “Points Shu dorsaux et points Mu antérieurs”

Divers

Acupuncture des réseaux : la panacée universelle ?

En 2009 mon maître Robert Chu présentait pour la première fois en France son acupuncture optimale et ses 6 piliers de la connaissance.
L’un de ces piliers consiste à exploiter les inter-relations entre les canaux de façon à construire des circuits thérapeutiques qui répondent aux signes et symptômes présentés par nos patients.
L’acupuncture optimale utilise 6 circuits fondamentaux, 6 modèles de bases qui peuvent servir de feuille de route pour construire nos stratégies de traitements. Ces modèles sont improprement considérés par beaucoup comme établis sur des modèles rigides en utilisant les relations décrites dans les classiques.
De fait, même si ces réseaux sont effectivement conçu sur la base des inter-relations “classiques” entre les canaux, il n’est jamais question en acupuncture optimale de remplacer un dogme par un autre, le but de la maîtrise des 6 piliers de la connaissance demeurant la totale liberté clinique qui seule conduit à terme à une efficacité thérapeutique mesurable (je ferais d’ailleurs bientôt un autre article sur ce sujet).

Lire la suite de “Acupuncture des réseaux : la panacée universelle ?”

Divers

Méthodes de poncture du Ling Shu

“Il y a neuf piqûres correspondant aux neuf altérations (jiubian).
La première s’appelle la piqûre shu. La piqûre shu, c’est la puncture des [points] ying et shu des méridiens et des [points] shu des organes.
La deuxième s’appelle la piqûre yuandao. La piqûre yuandao, c’est traiter en bas quand la maladie est en haut, et piquer les points (shu) des entrailles.
La troisième s’appelle la piqûre jing. La piqûre jing, c’est la poncture dans la zone du méridien des luo noués des grands méridiens.
La quatrième s’appelle la piqûre luo. La piqûre luo, c’est la poncture des vaisseaux sanguins des petits luo (xiaoluo).
La cinquième s’appelle la piqure fen. La piqûre fen, c’est la poncture dans le plan de séparation tie la chair.
La sixième s’appelle la piqûre daxie. La piqure daxie c’est la poncture des grandes suppurations avec l’aiguille-poignard.
La septième s’appelle la piqûre mao. La piqûre mao, c’est la poncture des bi superficiels de la peau.
La huitième s’appelle la piqûre ju. La piqure ju, c’est pour la gauche traiter à droite et pour la droite traiter à gauche.
La neuvième s’appelle la piqûre cui. La piqûre cui, c’est le traitement du bi’ au moyen de l’aiguille de feu (fanzhen).” Ling Shu chapitre 7

 

Lire la suite de “Méthodes de poncture du Ling Shu”

Divers

La formation en Acupuncture Classique : une plongée libératoire…

Il existe aujourd’hui de nombreuses formations post-grade en acupuncture. Devant la multitude des propositions et des programmes il convient d’expliquer les objectifs et les moyens de ces formations. 

Les objectifs de la formation en Acupuncture Supérieure en Acupuncture Classique : 

  1. La liberté clinique totale

  2. La simplicité et l’efficacité clinique objective

  3. La maîtrise des véritables thématiques classiques

Lire la suite de “La formation en Acupuncture Classique : une plongée libératoire au Cœur de la tradition universelle”

Divers

9 Palais, 13 Portes

Les 13 portes sont 13 points d’acupuncture.

Tian Men (zone qui va de Bai Hui à Shang Xing) au sommet de la tête correspond à la porte du Ciel et à l’opposé, Di Hu ou Hui Yin, au niveau du périnée correspond à la porte de la Terre. Yin Tang se situe au milieu du front, entre les sourcils et correspond au 3 ème œil. A l’opposé, sur l’occiput, sur l’ oreiller de jade, se trouve Yu Zhen. Plus bas, entre les deux mamelons, sur le sternum, Dan Zhong et à l’opposé, dans le dos, sur la colonne vertébrale, se trouve le point Shen Zhu.

Sur le côté du corps, à un travers de main sous les aisselles, se trouve Da Bao. Plus bas, le nombril, siège de l’énergie vitale, et à l’opposé, sur la colonne vertébrale Ming Men, et à la même hauteur, sur les côtés, le point Jing Men.

Lire la suite de “9 Palais, 13 Portes”

Divers

HUANG DI

En incorporant Huang Di dans le titre de leur ouvrage, les auteurs du Huang Di Nei jing font une référence directe à l’étude du ciel et des constellations.

Paul Unschuld traduit Huang Di par Empereur jaune et note que Di possède la connotation de ‘Seigneur’ , bien qu’il soit mal à l’aise avec la connotation judéo-chrétienne du mot.

Dans le Nei jing, Huang Di est beaucoup plus un humble étudiant qu’un Dieu vivant. Un mythe affirme que Huang Di vécu au cours de la période des Zhou occidental (1122-771 BC), lorsque la théorie du mandat céleste fut promulguée pour la première fois. Il était le fils de Shao Dian et son nom ‘personnel’ était Xuan Yuan. Unshuld mentionne qu’il existe aussi une référence dans le Suwen qui place Huang Di à l’origine des temps. Ce que Unshuld omet de mentionner c’est que durant la période des Han à laquelle le Nei jing est écrit, Huang Di est aussi le nom du dieu solaire. Huang Di est le dieu qui occupe la position clé dans les cieux.

Dans la Chine ancienne, les personnages héroïques élisent domicile au Ciel après leur mort. Ils peuvent se déplacer d’une étoile à une autre, ne sont pas statiques. Ils sont parfois une étoile et parfois ils résident simplement dans une étoile. Ce n’est pas contradictoire pour les Chinois de prétendre que Huang Di fut un étudiant sérieux qui s’enquis des mystères les plus profonds de l’astronomie, de la médecine, de la politique et de la géographie de son vivant, puis qu’il devint l’entité résidant dans la constellation portant son nom personnel Xuanyuan.

Lire la suite de “HUANG DI”

L'esprit d'un livre

Introduction à l’Acupuncture de Maître Tung

Préface de l’édition française

En Juin 2017, le Dr  Chu accepte ma proposition de traduction de ses ouvrages en français. C’est un grand honneur pour moi que de présenter au public francophone une oeuvre d’une telle importance et d’une telle profondeur. C’est avec un immense plaisir que je vous présente ce premier ouvrage d’introduction à l’acupuncture de Maître Tung, qui vous permettra, j’en suis certain, d’affiner votre compréhension de l’acupuncture classique.
Les principes de base abordés ici sont déjà, comme le dirait Sifu Chu, des principes avancés si l’on sait les utiliser avec souplesse et intelligence en  clinique. Le style du Dr Chu est simple et direct, apprendre à ses côtés est toujours une expérience très enrichissante et si l’on souhaite passer de l’apparente simplicité des applications cliniques à la profondeur des textes classiques, il suffit d’en faire explicitement la demande.
Le Dr Chu apprécie peu les longues digressions métaphysiques ou les explications trop intellectuelles et préfère enseigner par la pratique et l’expérience directe.
Avant notre rencontre, j’avais suivi de très nombreuses formations en Médecine Chinoise, en France et à l’étranger, mais aucune ne m’offrait le « sésame » vers la réconciliation des différents courants, styles, écoles, qui divisent, voire même parfois opposent, les acteurs de notre merveilleuse médecine. Je cherchais la pierre philosophale de la médecine chinoise, la théorie unifiée de l’acupuncture, le saint Graal de la santé parfaite… mais je cherchais, comme chacun avant de renoncer, au dehors.

Lire la suite de “Introduction à l’Acupuncture de Maître Tung”